Impression numérique : Dotrix ouvre la voie "industrielle" (vol. 3)

La technologie « the . factory » repose essentiellement sur le module d’impression jet d’encre piézo baptisé SPICE – pour Single Pass Inkjet Color Engine, moteur d’impression qui, comme son nom l’indique, permet de produire en un seul passage.

Ce module se compose de quatre rangées de têtes d’impression – une par couleur primaire – auxquelles place a été faite pour rajouter deux couleurs supplémentaires, le vert et l’orange, par exemple. Ou des tons pantones (il est même possible de ne travailler qu’avec des tons continus, six au total). Chaque tête d’impression Dotrix est composée de deux cartouches fournies par Toshiba mais qui adoptent la technologie jet d’encre Gray Scale – technologie la plus avancée en la matière – mise au point par le spécialiste britannique Xaar. C’est une technologie 3 bits qui permet d’éjecter jusqu’à 5 000 gouttelettes d’encres à la seconde et qui apporte sans doute le meilleur contrôle de la goutte d’encre qui soit, créant un véritable effet de niveaux de gris. Chaque cartouche Toshiba produisant en 150 dpi, la tête d’impression Dotrix imprime donc en 300 dpi sur une quantité assez impressionnante de supports incluant le papier, le film et l’aluminium, avec des épaisseurs pouvant atteindre 3 millimètres. La laize maximum standard est de 65 centimètres pour le moment. Dans cette configuration, chaque couleur est équipée de 12 cartouches. L’importance de l’encre Mais ce procédé serait encore insuffisant s’il ne pouvait pas utiliser, en dehors d’encres à l’huile, les encres UV, encres incontournables des situations industrielles et difficiles d’impression. On connaît les qualités que présentent ces encres particulières. Elles sèchent instantanément, à moindre coût et dans des conditions écologiques car elles n’émettent pas de composés organiques volatils (les célèbres COV). Elles ont une grande longévité et résistent aux chocs, à l’abrasion, à la lumière. Leur rendu est inimitable et elles adhèrent parfaitement au support, quel qu’il soit. La totalité des grands fournisseurs dans ce domaine croit à ce type d’encres et y investit beaucoup actuellement en matière de recherche & développement. Dans le cas de leur utilisation avec le SPICE, les encres UV offrent un dernier avantage. Elles ne sèchent pas dans les buses d’impression, ne provoquent pas de dépôts qui les obstrueraient et permettent ainsi d’alléger considérablement la maintenance du système. C’est ce système, parvenu au point, dont Dotrix s’est servi pour en faire le cœur de la presse numérique de la marque : « the . factory ». Prochain volet : « the . factory »
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...