Impression numérique : Dotrix ouvre la voie "industrielle" (vol. 4)

« The . factory » est la version « maison » de la technologie SPICE que la firme commercialise également, par ailleurs, en OEM. Mais, pour en faire une machine à part entière, Dotrix a imaginé autour de ce module d’impression industrielle un environnement de production original.

D’abord, un flux de production adapté : InPrinter pour l’impression numérique industrielle ; InSider pour les marchés de papiers de sécurité et InSpiration destiné à la décoration. Pour alimenter « the . factory » en données de production, Dotrix a repris et amélioré un concept novateur que les habitués de l’impression numérique toner, clients de Barco Graphics, connaissent bien : le PrintStream. C’est, rappelons-le, un système de gestion des données variables, indépendant du RIP et placé en amont du moteur d’impression, en l’occurrence un moteur Xeikon. Rebaptisé X-Stream, le système a été considérablement miniaturisé au point qu’il fait aujourd’hui partie intégrante de la presse sous le capot de laquelle il s’est désormais logé. Alimentée en continu, « the . factory » est une machine bobine/bobine dont la vitesse est réglable manuellement – un jeu d’enfant ! – et s’adapte d’elle-même à la nature du travail à effectuer et notamment à l’arrivée du flux de données. Ce système, baptisé « encodeur », est intégré au cylindre d’entraînement. En production, il est permis d’aller jusqu’à 24 mètres minute et de produire ainsi plus de 900 mètres carrés à l’heure. Un module de refroidissement permet d’utiliser des supports qui n’acceptent pas d’être exposés à la chaleur, comme certains films PE et PP. Déjà simplifiée à l’extrême du fait de l’utilisation d’encres UV, la maintenance des cartouches est étonnante de simplicité. Du vrai « plug and play ». Outre un contrôle automatique des paramètres d’encrage, le remplacement peut s’effectuer en production. Et, très attractif : le prix d’une cartouche – sa durée de vie est annoncée pour150 heures environ – inclut le prix de la seconde. Autrement dit : deux cartouches pour le prix de deux. Et puisqu’on parle d’argent : « the . factory » est commercialisée au prix de 960 000 euros pour le modèle 10 cm de laize (1,5 million d’euros pour la version 65 cm). Sans compter certaines options comme l’unité de traitement UV à deux lampes et refroidissement par eau, le système de traitement à l’azote et les barres antistatiques.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...