Emballage : l'autre force de vente de l'entreprise

Le packaging est un indispensable vecteur de relation entre l'entreprise et son client. Il recouvre trois grandes fonctionnalités : protection, narration et sensorialité.

Protection

Qu'on le nomme à l'anglo-saxonne ou plutôt à la française, emballage, le packaging assure tout d'abord une indispensable fonction de protection du produit destiné à la vente. Plus le produit concerné est fragile, plus l'emballage retenu sera technologique, et ce, quels que soient les matériaux retenus.
Narration

Comme vecteur de communication, le packaging devrait permettre à l'industriel de faire l'économie d'une campagne de publicité. En grande distribution par exemple, le consommateur garde en moyenne un produit 12 secondes en mains, avant de le mettre éventuellement dans son chariot. Cela signifie donc que le packaging doit, en 12 secondes véhiculer un message, objectif et subjectif conduisant à déclencher un acte d'achat. Selon les canaux de distribution, le packaging se substitue de plus en plus aux conseils du vendeur. Les quelques lignes élaborées par l'industriel sont donc décisives. Selon la logique informative du marché en question, cosmétique, produits frais, bricolage..., l'industriel se tournera plutôt vers une logique très instructive (bricolage) ou au contraire peu instructive (luxe).

Sensorialité

Le premier contact physique avec un produit s'opère au travers de son emballage. Son aspect tactile est donc particulièrement important et doit correspondre aux attentes projetées par le consommateur dans le produit. Ainsi, l''authenticité d'une huile d'olive ou de produits biologiques passera plus facilement au travers de matériaux à forte connotation traditionnelle et artisanale (verre irrégulier, papier kraft...), quand des parfums s'orienteront de préférences vers des matériaux élitistes (verre dépoli ou fioles élaborées, étuis en cartonnages nobles...
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...