Et si le premier fournisseur des Arts Graphiques était... chinois ?

Peu connu en occident, pour l'instant, le conglomérat d'Etat chinois Shanghai Electric Group (SEC), propriétaire du constructeur japonnais de presses offset Akiyama Printing, emploie 240,000 salariés. Sur ce seul critère, peu représentatif il est vrai, cette affirmation se justifie pleinement.

Derrière cette boutade, force est de constater que la Chine représente actuellement, sans doute avec l'Inde, le potentiel de marché le plus intéressant pour les fournisseurs traditionnels du secteur. Ces derniers ne s'y trompent pas en développant leurs filiales sur place et, à terme, en y construisant des usines de montage. Mais du côté chinois, ne nous y trompons pas, la volonté d'expansion est la même et les cibles... ces mêmes fournisseurs traditionnels du secteur, fragilisés par le recul d'activité actuel. En grande difficulté, le japonnais Akiyama n'a-t-il pas été racheté fin 2001 par la SEC, dont la gamme de production, assez similaire à celle d'un groupe comme Mitsublishi va des turbines de centrale aux équipements électriques ? Ce rachat est d'ailleurs un cas d'école en Chine, un cas d'école qui sert d'ailleurs d'exemple aux autorités locales pour inciter leurs entreprises à investir à l'étranger. Le Japon est le premier marché visé, notamment du fait de sa proximité mais l'Europe et les Etats-Unis peuvent représenter de formidables opportunités d'acquérir, rapidement et pour des sommes raisonnables, des technologies évoluées. Le monde change décidément bien rapidement et les repères d'aujourd'hui ne seront pas forcément ceux de demain.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...