Une KBA Rapida 162 chez Chabrillac (Toulouse)

Depuis la mise en route de sa KBA-Rapida 162 quatre couleurs en format 1.120 x 1.620 mm, capable de produire 13.000 feuilles/h et dotée d'un haut degré d’automatisation, la société Chabrillac, qui compte parmi les plus célèbres imprimeurs d’affiches en France, a pu considérablement améliorer sa productivité et ses délais de livraison.

Après une Super-Variant six couleurs dont la qualité d’impression a donné entière satisfaction ces 25 dernières années, l’acquisition d’une seconde presse offset feuilles de la marque KBA a marqué le début d’une nouvelle ère qui prévoit d’importants investissements également dans le prépresse. Fondée il y a près de 75 ans par Louis Chabrillac, cette imprimerie qui emploie une cinquantaine de salariés appartient aujourd’hui au pôle graphique du groupe Inforsud. Elle est dirigée par Gérard Trullen (en médaillon). De par son savoir-faire, la qualité de ses produits et le service de logistique performant qu’elle propose, elle a sû convaincre même les clients les plus exigeants. Le constructeur aéronautique Airbus Industries, de grandes chaînes commerciales telles que Monoprix, de grands noms comme Dior pour la mode ou Peugeot et Fiat pour l’industrie automobile figurent parmi les nombreux clients de cette imprimerie. Christophe Ricard, responsable du département Technique et Maintenance des équipements de production, a rejoint Chabrillac en 1998 avec pour principale mission de réduire les temps de préparation et de production des cinq machines feuilles grand format que compte le centre d’impression et d’adapter celui-ci aux nouvelles exigences du marché. Christophe Ricard a immédiatement compris que pour parvenir à cet objectif, il fallait non seulement améliorer les temps de préparation et les performances des machines, mais aussi impérativement renforcer l’interconnection entre le prépresse, l’impression et la finition. “90% de nos commandes sont des tirages de 1.000 exemplaires ”précise notre interlocuteur. “Les productions de 15.000 exemplaires constituent plutôt une exception, mais dans ce cas, les délais de livraison sont très courts. Nous traitons quotidiennement une dizaine de commandes en 2x8 sur quatorze heures. Grâce au dispositif de calage automatique qui équipe la nouvelle Rapida 162, le temps de préparation à chaque changement de tirage ne dure plus que sept minutes contre une vingtaine de minutes sur les autres presses qui nécessitent en outre la présence de deux conducteurs pour la manutention.” Compte tenu de l’évolution rapide des technologies et de l’accroissement de l’interconnection numérique entre le prépresse et l’impression, il faut planifier les investissements avec précision. Monsieur Ricard ajoute : “Certes, nous élaborons nos stratégies en pensant toujours à l’avenir, mais dans toutes nos décisions, le plus important est pour nous de garantir la production. A l’ère du CTP, optimiser le flux de production demande de la patience pour conserver coûte que coûte des normes de qualité élevées. Pour offrir un maximum de garantie à nos clients, nous avons décidé de continuer à utiliser dans un premier temps comme système de sauvegarde professionnel le transfert conventionnel des données via le Scantronic de KBA, et ce indépendamment du transfert de données CIP 3 qui débutera au premier trimestre 2003.” “La station de conversion de données Ciptronic”, poursuit Monsieur Ricard, “sera sous peu un moyen pour nous de définir plus vite et avec encore plus de précisions les valeurs de préréglage de différentes presses à partir de données CIP3. Là encore, KBA s’est avéré un partenaire compétent et digne de confiance, qui a sû améliorer considérablement notre flux de production. La nouvelle presse Rapida 205 que KBA lancera à la Drupa 2004 en format 1.500 x 2.050 mm offrira d’ailleurs justement aux imprimeurs d’affiches que nous sommes d’intéressantes perspectives.”

Plus d'articles sur les chaînes :

Haute-Garonne
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise