PrintCafe accusé de désinformation

Deux cabinets américains d'avocats viennent de porter plainte contre l'entreprise américaine pour diffusion d'informations erronées. Les tribulations cahotiques de la start-up vont-elles virer à l'aigre ?

En cause, les informations diffusées par PrintCafe lors de son introduction en bourse en 2002. Les deux cabinets américains, Schiffrin & Barroway et Cauley Geller Bowman & Rudman agissent au nom d'investisseurs qui s'estiment lésés par une communication financière fausse et trompeuse. Une communication qui faisait l'impasse sur les difficultés techniques et commerciales déjà rencontrées par l'entreprise et sur la nécessité d'y conduire une restructuration drastique afin de la sauver. Ces faits très graves, s'ils étaient avérés, représenteraient une violation caractérisée du "Securities Act" de 1933 qui protège les investisseurs de telles pratiques. Du côté de PrintCafe, la sérénité semble de mise, ces reproches étant qualifiés d'infondés. Une sérénité qui semble partagée par EFI, le nouveau propriétaire de PrintCafe qui a arraché l'entreprise à Creo au terme d'une étonnante bataille boursière. Avec une question en suspend : la bonne opportunité vantée par l'équipe de direction d'EFI à ses actionnnaires pour déclencher son OPA, malgré la situation financière critique de PrintCafe, ne risque-t-elle pas de se transformer en bombe à retardement ?

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...