Enquête de conjoncture 2002 : une année à oublier pour l'imprimerie

Les résultats de notre grande enquête de conjoncture 2002 GraphiLine/Imprimerie-OnLine dressent un panorama très sombre de l'année écoulée. Ils viennent corroborer ceux de l'étude BNP Paribas.

Principaux résultats

Sur 2002, 59% des entreprises interrogées indiquent une baisse de leur activité et 49.4% une détérioration de leur trésorerie. 55.3% précisent cependant avoir continué à investir, afin de maintenir ou accroître leur productivité. 53.2% d'entre eux enfin annoncent avoir dû baisser leurs prix de vente. Pour 2003, 65,4% sont pessimistes et 55,7% anticipent une baisse d'activité. Ils sont cependant majoritaires à prévoir de continuer d'investir, et ce principalement dans l'informatique et le façonnage. Côté effectifs, on ne s'étonnera pas que près de 62,3% des sondés prévoient de procéder à des licenciements.

Méthodologie :

De Janvier à Juin dernier, Graphiline a mis à disposition des professionnels du secteur, un sondage en ligne regroupant 9 questions. Des questions leur permettant de donner leur avis sur l'activité de l'année écoulée (d'autant plus pertinent qu'ils étaient en pleine période d'édition de bilans) et leur permettant de préciser leur opinion sur les mois à venir. Sur un total de 864 réponses collectées, 74 n'ont pu être traitées, les réponses étant incomplètes. Au final, 790 réponses d'entreprises belges, françaises et luxembourgeoises ont composé notre échantillon. Des entreprises appartenant toutes à la grande famille des Arts Graphiques : 364 font partie du pré-presse (agences de communication, studios PAO et photogravure) et 426 de l'impression/finition (imprimeries numériques, imprimeries offset feuille, rotativistes).

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...