l'Europe des rotatives en marche : vers un manifeste pour une vision industrielle partagée

Après l'état des lieux dressé par la FICG et le ministère de l'Industrie au travers de l'Etude sur les perspectives du marché de la rotative en France et en Europe à l'horizon 2005, il convenait de valider les tendances globales de ce secteur sur les marchés de référence, de prendre la mesure de l'accroissement de l'intensité concurrentielle et d'identifier celles des actions collectives qui pourraient consolider la filière et accompagner des opportunités de développement en Europe.

La FICG, appuyée par ALTAVIA leader européen du publishing services, organisait le 24 septembre dernier le premier forum de l'Europe des rotatives placé sous l'égide de la DG Entreprise de Bruxelles. Plate-forme d'échanges, cette rencontre fut aussi l'occasion pour les industriels rotativistes français de mieux appréhender les modèles européens de ce secteur confronté à une recomposition substantielle de son tissu. Organisé autour du thème : "les facteurs discriminants de la compétitivité - vers une harmonisation européenne ?", cet événement a permis, tant au cours de la séance plénière du matin sous la présidence de Jacques CHIRAT, que lors des ateliers de l'après-midi, de débattre notamment : • des tendances globales des marchés de la rotative en Europe. • des modèles d'organisation industrielle et de positionnement stratégique existant dans les principaux pays de l'Europe graphique. • des paramètres structurels communs qui influencent, d'une part, la recomposition de l'offre industrielle et, d'autre part, les pratiques d'achat. • de la relation à l'environnement juridique, fiscal et financier (défiscalisation, aide à l'investissement, législation sur les procédures collectives). • des glissements de marchés en Europe. • de l'adéquation offre/demande. • des pratiques de concurrence déloyale et de leur sanction. • de la profitabilité des entreprises et de leur pérennité. Nourries de réflexions économiques chiffrées, adossées à des ateliers animés par des journalistes professionnels, les premières conclusions de cette manifestation peuvent être synthétisées de la manière suivante : - Les enjeux de la compétitivité en Europe sont davantage perçus comme une opportunité que comme une menace. - Le rééquilibrage des relations commerciales entre fournisseurs et donneurs d'ordre implique des partages de gains de productivité et un véritable modèle industriel fondé sur une réponse globale. - Le développement de la concurrence loyale implique de sanctionner les dérives parasitaires induites par l'absence d'harmonisation des textes traitant du domaine fiscal, juridique ou financier. - La construction d'alliances stratégiques pour mieux accompagner la consolidation de la filière graphique européenne est devenue incontournable. - La normalisation des cahiers des charges techniques dédiés aux procédés doit être complétée par une réflexion sur le périmètre du média imprimé et sa lisibilité technologique par les donneurs d'ordre. - La recherche de l'optimisation des rapports offre/demande passe par une culture du marketing de l'offre industrielle trop absente des stratégies commerciales des entreprises du secteur. - La logique opposant l'individuel au collectif doit être abandonnée au profit d'un plan d'action collectif conforté par des stratégies individuelles. - La construction d'un véritable pôle de ressources européen sous la forme d'un observatoire des marchés est devenue indispensable. Sa première mission sera d'élaborer une batterie de capteurs susceptibles d'identifier les recompositions de la demande. - La rupture progressive avec la culture de l'outil nécessite de repenser la notion de services et sa prise en compte dans les stratégies d'achat. - La réflexion autour de la pérennité des entreprises implique de prendre la mesure collective de la paupérisation patrimoniale des entreprises du secteur et donc de la non-rémunération du capital. Riche d'informations, le contenu des ateliers servira de trame à la rédaction d'un "manifeste pour la compétitivité de l'Europe des rotatives" sous l'égide des principales fédérations européennes et destiné à être défendu devant la Commission européenne. Socle d'un schéma d'une politique industrielle européenne offensive, la mise en œuvre de ce manifeste sera présentée lors du deuxième forum de l'Europe des rotatives qui pourrait être organisé à l'occasion de la DRUPA 2004.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...