Tendance : l'industrie graphique, une ambition industrielle portée par la réactivité des PME

Lors de sa conférence de presse annuelle, le 2 octobre 2003, la Fédération de l'Imprimerie et de la Communication Graphique a dressé du secteur un état des lieux économique qui se caractérise par les principaux paramètres suivants :

• Comptant 7 000 entreprises dont 1 319 ayant un effectif supérieur ou égal à 10 salariés et réalisant un chiffre d'affaires de 9,8 milliards d'euros, la branche industries graphiques reconsolide sa place de troisième nation graphique européenne. • Malgré une dégradation du climat des affaires se traduisant par un retrait en volume traité et en chiffre d'affaires en 2002, la branche commence à enregistrer des signes de reprise perceptibles sur certains marchés. • Avec 9 % de chiffre d'affaires à l'export, la capacité exportatrice des imprimeurs français est restée bien orientée malgré les handicaps de compétitivité dont souffre notre économie dans l'espace européen. • Grâce à l'ancrage des PME du secteur dans les territoires, cette composante essentielle du tissu a su mieux résister à la dépression qui a frappé l'ensemble des composantes de notre branche. C'est compte tenu, d'une part, de cette vitalité due à un maillage équilibré des territoires qui stabilise les effets de la tourmente économique et, d'autre part, des prévisions d'activité dont nous disposons que la Fédération mène une démarche offensive d'accompagnement des entreprises dans le but : • De provoquer des alliances stratégiques entre entreprises pour renforcer la chaîne graphique dans sa logique de proximité. • D'optimiser la transmission des entreprises du secteur dans un souci de pérennisation du tissu. • De contribuer à la prise en compte des spécificités de nos métiers par l'environnement bancaire et financier. • De renforcer les pôles de spécialité par territoire (pôle façonnage, pôle cartonnage-emballage, pôle étiquette…). • De construire avec les pouvoirs publics territoriaux des schémas directeurs visant à redéfinir les modalités d'attribution des subventions aux entreprises du secteur. • De contribuer à faire des industries graphiques une filière pilote dans le désenclavement des territoires (réseau télécom, plate-forme logistique…). • De rééquilibrer les rapports fournisseur/client. Cette vision globale qui constitue l'un des pans du plan d'action industriel initié par la FICG a pour objectif de rappeler que le secteur industries graphiques est riche de son caractère composite, indispensable à la chaîne de complémentarité économique locale et inscrit son développement dans une logique d'entreprise citoyenne.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...