Social : MAN menace de délocaliser pour baisser ses coûts

Après son compatriote Siemens, le conglomérat industriel MAN, deuxième constructeur mondial de presses d'imprimerie via sa filiale Man Roland, souhaite que ses salariés travaillent plus pour un niveau de salaire équivalent.

Cette menace brandie par le patron du groupe, Rudolf Rupprecht, mardi, devant des journalistes, intervient alors que l'entreprise est en pleine négociation salariale, dans un contexte allemand où le patronat, face à la crise actuelle, perd ses références au modèle rhénan de cogestion pour adpoter des méthodes plus "anglo-saxonnes" de management. Selon lui, si les négociations en cours ne devaient pas aboutir dans le sens souhaité par son entreprise, il n'exclurait pas des suppressions d'emplois. En parallèle, il juge des délocalisations de production fort probables, quelque soit l'issue des négiociations, en fonction du niveau d'activité et des prises de commandes. Conglomérat diversifié, MAN affiche un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros sur le premier trimestre, en hausse de 8%. Sur cette même période, les prises de commandes augmentent de 23% à 3.7 milliards d'euros. De bons chiffres principalement dûs à l'activité poids-lourds. Sur cette même période, la branche presses d'imprimerie affiche une croissance de 1% de ses prises de commandes.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...