Labeur : l'Alençonnaise d'Impression (61) en cessation de paiement

Déclarée en cessation de paiement mardi, le tribunal de commerce d'Alençon statuera sur son sort lundi prochain.

L'imprimerie normande en est à son troisième dépôt de bilan depuis 1998.

A cette date, l'entreprise employait encore près de 115 salariés.

Réputée dans le livre, c'est elle qui imprima jadis les Fleurs du Mal, l'Imprimerie Alençonnaise d'alors avait été reprise il y a un an par Allied Multimedia, le groupe de l'homme d'affaires Hamid Haddak.

Homme d'affaires qui avait déjà "racheté", malgré une liquidation décidée, l'ancienne imprimerie de Bayard, la SCIA, au groupe Léonce Déprez, avant de la liquider un an plus tard et qui avait également repris l'imprimerie Rosay-Busson, peu après l'Alençonnaise, imprimerie Rosay-Busson qui a été liquidée il y a quelques semaines.

Anticipant sans doute les difficultés, Hamid Haddak, qui avait fait l'objet d'un reportage sur M6, avait cédé l'Alençonnaise d'Impression qui employait encore 22 salariés il y a près d'un mois, à deux investisseurs locaux .

Il semble que ces derniers n'aient pu redresser une situation quasi-inextricable.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...