Perquisitions chez le papetier UMP-Kymmene

Le papetier finnois est soupçonné d'entente sur les prix par les services de la concurrence de la Commission Européenne (DG4).

C'est mardi que les services du redouté Commissaire Européen Mario Monti, accompagnés d'officiers de police judiciaire ont perquisitionné différents sites du groupe papetier dans le cadre d'une enquête sur des pratiques anticoncurrentielles. Le même jour, un second papetier, le norvégien Norske Skog a fait l'objet d'une descente des services de la DG4, pour les mêmes raisons. Ces perquisition ne sont pas le fruit du hasard. C'est d'ailleurs le groupe UMP-Kymmene qui est rentré en contact avec les autorités européennes de la concurrence en Janvier, suite à des enquêtes internes menées en 2003 sur ce sujet. Ce, en échange de la promesse des autorités européennes, américaines et canadiennes d'une immunité conditionnelle quant aux éventuelles pénalités qui pourraient découler de la mise à jours de pratiques délictuelles. Rappelons que dans ce domaine, le dernier dossier relatif au papier remonte à Janvier 2002. Le "cartel du papier autocopiant" avait alors écopé d'une amende de 313 millions d'euros. Si Sappi avait alors bénéficié d'une totale immunité de par sa collaboration lors de l'enquête, ses autres membres avaient lourdement étaient condamnés : 184.3 millions d'euro pour Arjo Wiggins Appleton, principal instigateur, 33.1 millions par August Koehler AG, 29.8 millions pour Zanders Feinpapiere, 22.7 millions pour Bolloré, 21.2 millions pour Mitsubishi Paper, 14.2 millions pour Torraspapel, 3.6 millions pour les Papeteries Mougeot, 1.8 million pour Vizcaina, 1.6 million pour Carrs Paper et 1.5 million pour Papelera Giupuzcoana.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...