L'Imprimerie Nationale française redimensionnée

D'ici 2007, les effectifs de l'imprimerie publique française passeraient de 1200 à 400 salariés, l'entreprise abandonnant ses activités sur "les marchés concurrentiels".

C'est donc une page qui se tourne pour la Vieille Dame parisienne de la rue de la Convention, qui a vendu ses locaux historiques à l'américain Carlyle pour 100 millions d'euros et va partir s'installer dans des locaux ultra-modernes sur un quai de Seine de la banlieue Est. Pour Loïc de la Cochetière, président de l'IN depuis 2003 cité par nos confrères de Libération, la raison de la grave crise que connait son imprimerie est simple : "L'Imprimerie nationale" déclare t-il "a voulu investir des secteurs concurrentiels alors que sa force est au contraire de travailler pour l'Etat français ou pour d'autres pays dans la fabrication de documents infalsifiables». Conséquence de ce recentrage d'activité, les sites d'Evry et de Strasbourg (Istra) seront cédés, celui de Douai étant pérennisé. Concernant les suppression d'emplois annoncées, environ 600 d'ici fin 2006, 250 salariés devraient faire l'objet de reclassement dans la fonction publique, les autres bénéficiant pour partie de départs en pré-retraite, la moitiés des salariés à statut fonctionnaire étant âgés de 55 à 60 ans. Un plan social qu'envient déjà les salariés des imprimeries privées en difficulté.

Plus d'articles sur les chaînes :

Paris
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise