Le marché belge de l'imprimerie 2003 : l'emploi (vol 3/5)

Le troisième volet de ce bilan économique dressé par Febelgra aborde l'aspect social de la vie du secteur.

En date du 31 décembre 2002, l’industrie graphique en Belgique comptait (hors imprimeries de journaux) 1.642 employeurs, répartis de la manière suivante : 60% Région flamande, 23% Région wallonne et 17% Région Bruxelles Capitale. Le nombre d’employeurs situés dans la Région Bruxelles Capitale est en recul au profit de la Région wallonne. Près de 66% des employeurs ont comme activité principale l’impression. Le groupe avec comme activité principale le prépresse ou une « autre activité liée à l’imprimerie » a une part de marché de 30%. La finition est pour 4% des employeurs l’activité principale. Le secteur graphique est un secteur de PME par excellence. 75% des employeurs emploient moins de 10 travailleurs, 95% des employeurs emploient moins de 50 travailleurs. Le nombre de travailleurs du secteur atteignait 17.945 unités au 31 décembre 2002. 68% de l’emploi est situé en Région flamande. La Région wallonne emploie 17% des travailleurs et la Région de Bruxelles-Capitale 15% des travailleurs. Selon PRODCOM, qui donne la tendance en matière d’emploi dans les entreprises de plus de 10 travailleurs, le secteur a perdu entre novembre 2002 et novembre 2003 1.360 emplois (de 16.138 à 14.778, soit -8%). En 2003, 62 entreprises ont été déclarées en faillite, soit le même nombre qu’un 2002. La répartition était la suivante: 40 imprimeries (65%), 2 relieurs et finisseurs (3%) et 20 entreprises de prépresse (32%). Le secteur est toujours caractérisé par un nombre important d’offres d’emploi pour du personnel qualifié. Les employeurs sont toujours à la recherche de main d’œuvre qualifiée pour les domaines de l’impression et de la finition, mais au niveau local, on cherche toujours des collaborateurs prépresse. Ces métiers en pénurie sont clairement d’ordre structurel et non conjoncturel. Afin de faire connaître le secteur graphique auprès du grand public, FEBELGRA a poursuivi sa longue campagne d’information. Une étude approfondie a démontré que le secteur graphique n’est pas assez connu, et donc apprécié, par le grand public. En collaboration avec d’autres fédérations et les syndicats de la chaîne papetière et le Ministère de l’Enseignement, des produits et du matériel ont été développés afin d’enthousiasmer les jeunes à suivre une formation graphique. Les entreprises graphiques « Ambassadeurs » se sont engagées à soutenir la campagne au niveau local, entre autres en organisant des visites d’entreprises pour des élèves, pour le grand public ou pour des professeurs, à donner des exposés dans des écoles, à siéger dans des jurys d’examens, à participer à des groupes de pilotage de centres de formation, à proposer des stages de qualité, à mettre à disposition des encarts publicitaires,... Un journal sur le secteur et sur les métiers a été diffusé à grande échelle par le biais de magazines scolaires aux élèves de la deuxième année du secondaire et aux élèves de la sixième année du primaire, un jeu de cartes sur les métiers graphiques a été envoyé, des outils pédagogiques ont été mis à la disposition de professeurs (une farde avec des leçons, un cd-rom sur la chaîne papetière, ...) un site web www.pakengo.be a été développé, des affiches attrayantes ont été transmises sous forme imprimée et sous forme digitale, des grandes bâches ont été mises à la disposition pour des portes ouvertes ou pour la Journée de la Technologie, etc...

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...