Pour ou contre l'éco-taxe sur les imprimés non adressés

GraphiLine vous donne la parole sur un sujet particulièrement sensible et qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour le secteur.

Le projet d'éco-taxe sur les imprimés non adressés est "sorti" à l'Assemblée Nationale en Novembre dernier, tard dans la nuit. A lire aussi : Front commun des imprimeurs, papetiers et distributeurs français contre le projet de taxe sur les imprimés non adressés.

Ce, à l'initiative de l'association des Maires de France, association qui veut réduire le coûts de collecte de vieux papiers pour les villes et a donc imaginé réduire la diffusion des imprimés non adressés donc non sollicités selon eux. Le ministère de l'environnement puis l'Ademe ont donc monté une opération en deux étapes : l'élaboration d'une taxe, toujours en discussion, qui grèverait ce type d'imprimé à la source afin d'en dissuader l'usage mais aussi la mise en place d'une campagne d'autocollants à apposer sur les boîtes aux lettres pour refuser ce type de distribution (stop pub). La mise en place de cette éco-taxe est-elle une bonne chose pour l'environnement et pour l'emploi ? Permettra-t-elle d'enrayer la diffusion des gratuits et contribura-t-elle ainsi à assainir les finances des collectivités locales ? Au contraire, ne revient-elle pas à censurer le media écrit et à mettre à l'index une profession, les imprimeurs ? Au final, le média imprimé pollue-t-il plus que la télévision, le cinéma, la radio et l'internet ?
Peut-on réduire un imprimé non adressé au rang de simple déchêt ?

A vous de donner votre opinion en répondant ci-dessous à cet article et en publiant un commentaire. Afin de faciliter votre démarche, il est préférable que vous l'écriviez sous Word pour le copier ensuite dans notre formulaire.

Vous avez la parole...

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...