Encres d'imprimerie : la Commission Européenne autorise le rachat de BASF Drucksysteme et d'ANI par CVC

GraphiLine rediffuse in extenso le communiqué officiel de la Commission Européenne, concernant cette fusion.

La Commission européenne a autorisé le projet d’acquisition par la société de placement privé européenne CVC des activités de fabrication d’encres d’impression et de pigments de la société allemande BASF et de la société néerlandaise ANI Printing Inks BV. L’enquête a montré que les opérations projetées, qui conduiront à la fusion des entreprises acquises, n’entraveront pas sensiblement la concurrence dans l’Union européenne. CVC est une société européenne indépendante de placement privé, qui fournit des services de conseil en investissement à des fonds d’investissement et gère des investissements pour leur compte dans divers secteurs, dont les produits chimiques, la fabrication et la distribution. Le 1er octobre 2004, elle a notifié à la Commission, en application du règlement sur les concentrations, son projet d'acquisition de BASF Inks et de ANI Inks, dont les principaux produits sont les encres compactes et liquides destinées à la publication et à l'emballage. Les activités des entreprises faisant l’objet de l’acquisition se chevauchent surtout dans la production d’encres compactes destinées à la publication et d’encres liquides destinées à l’emballage. Toutefois, l’enquête menée par la Commission a révélé que les entreprises fusionnées détiendront des parts de marché relativement modestes sur les marchés des encres d’impression dans l’Espace économique européen et qu’elle resteront confrontées à une forte concurrence de sociétés telles que le leader du marché Sun Chemical, ainsi que Flint-Schmidt, Siegwerk, SICPA et Huber. La Commission a également constaté que les fabricants pouvaient assez aisément convertir la production d’un type d’encre à l’autre et que les capacités étaient actuellement excédentaires dans le secteur. Les clients jouissent, pour leur part, d'une puissance d'achat considérable dans un processus d’achat qui se fonde, dans une large mesure, sur la mise en concurrence. Compte tenu de ce qui précède, la Commission a décidé de ne pas s’opposer aux opérations.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...