Les dirigeants d'Otor contestent intégralement les termes de leur mise en examen

Les dirigeants du cartonnier français, qui luttent contre la prise de contrôle de leur entreprise par le fonds d'investissement américain Carlyle, ont réagi, par le biais d'un communiqué de presse, à leur mise en examen de la semaine dernière.

GraphiLine rediffuse cette communication : "Les juges d’instruction J. Gazeaux et E. Picard ont décidé de mettre en examen M. Bacques et Mme Bouvier, dirigeants du Groupe Otor, sur la base d’un courrier au procureur en février dernier de P. Durand, co-commissaire aux comptes. Ce dernier laissait entendre que, pour se défendre contre Carlyle, certaines prestations auraient été payées par Otor SA. M. Bacques et Mme Bouvier contestent intégralement les termes de leur mise en examen. Le premier motif de la mise en examen est purement technique, il concerne des factures d’Ernst & Young libellées sous le terme de « prestations de commissaires aux comptes ». Le second motif, directement lié aux « révélations » de M. Durand, concerne la prise en charge de dépenses par Otor SA. Toutes ces dépenses, dont le détail des prestations est tenu à la disposition de la justice, sont intégralement conformes à l’objet et à l’intérêt social d’Otor SA. La prise en charge par Otor SA de travaux complémentaires par Ernst & Young, est, elle aussi, conforme à l’intérêt social d’Otor SA, comme le considère également Ernst & Young. L’information devrait permettre d’apporter tous les éléments d’explications susceptibles d’exonérer les dirigeants de toute responsabilité pénale."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...