Intergraphic 2006 : découvrez en avant-première les 3 nominés au Trophée du Manager 2006

Un Trophée sponsorisé par le constructeur de presses d'imprimerie Komori.

Comme chaque année, Intergraphic sera l’occasion de mettre en valeur la performance des imprimeurs Français. Douze « Trophées d’Or » seront remis lors de la soirée du Mardi 10 janvier 2006. Il s’agit de contribuer à restaurer l’image de l’imprimé et de participer à sa notoriété. Quatre trophées sont directement issus de votre vote :

Trophée du Manager de l’année, avec le soutien de Komori France,
Trophée de la PME la plus performante, avec le soutien de MGI,
Trophée de l’investissement le plus innovant et
le Trophée de la conduite du Changement, soutenu par Morigane-LVMI. D’autres trophées relèvent du choix d’un jury spécifique, comme le Trophée de l’Environnement, avec le soutien de Day Graphica, ou le Prix Spécial du Jury, par Siegwerk Group.

Sans compter le « coup de cœur » de France Graphique lié au Trophée du caritatif par le print. Enfin, un jury de professionnels, tant imprimeurs que donneurs d’ordres, décerne les quatre autres Prix : 

Trophée de la meilleure campagne de communication imprimée tous supports, sous le patronage d’Axelium, Trophée du produit Print de l’année avec Condat, Trophée de la meilleure campagne print one to one, fort du soutien d’HP Numérique et Trophée du Document intelligent « smart Document » avec le partenariat de Xerox. Trophée du manager de l’année. Avec le soutien de Komori France Le Trophée du manager de l’année est une distinction des plus recherchées dans la profession graphique. Les vainqueurs et les nominés sont le plus souvent des personnalités d’envergure qui marquent la profession et contribuent à façonner le paysage graphique. Cette année encore, le jury de présélection a eu du mal à arrêter son choix. Chaque nominé peut faire valoir ses états de service et a pris à revers la sinistrose ambiante. Les quatre acteurs mis en avant agissent dans des secteurs différents. Jean-Pierre Savare ouvre le chemin du XXIème siècle en poursuivant son développement sur les domaines de la très haute technologie. Timothy Bovard et Pascal Pluchard, chacun de leur côté réveillent le secteur du livre. Enfin, Jean-Paul Maury, qu’il est inutile de présenter, a franchi en 2005 une nouvelle étape dans le parcours exceptionnel qu’il mène depuis plus de 20 ans.

 

MAURY Imprimeur SA (Dirigeant : Maury, Jean Paul)

Une année au pas de course Le parcours de Jean-Paul Maury se confond avec l’évolution de l’imprimerie. Il aura participé à toutes les mutations. Le groupe imprime entre autres des magazines comme : Paris-Match, L’Express, Le Point, La Vie, Courrier International, 20 Minutes, ELLE, ISA, l’Usine Nouvelle, le Moniteur des Travaux Publics, La France Agricole, BIBA, Modes et Travaux, Choc, Entrevue, FHM, Télé Poche, Télé 7 Jours, Art et Décoration, les magazines pour 4 pays européens du Reader’s Digest. Maury Imprimeur dans le domaine des livres, produit les dictionnaires comme : Le Petit Robert, le Vidal, le Quid, les collections Bouquins, la Pléïade, les guides Michelin, 40 millions de livres de poche par J’ai Lu, Glénat et des éditeurs allemands. Dans le domaine des catalogues, Maury Imprimeur traite les catalogues pour Jet Tour, Club Méditerranée, les guides Relais et Châteaux, les guides du groupe Accor et toutes sortes de catalogues pour les vépécistes ou les chaînes de distribution et pour le monde de l’Industrie tel que le catalogue Legrand. Un programme de modernisation industrielle permanent se traduisant par une politique d’investissement tant en organisation qu’en matériel de l’ordre de 25 millions d’euros par an et cela depuis 30 ans explique en partie la réussite d’un industriel hors norme qui a construit au pas de charge un groupe puissant et complet à travers une politique de rachat d’entreprise et de consolidation des acquis. Mais l’année 2005 a été marquée par une succession incroyable d’opérations de croissance externe et de modernisation de l’outil de production. Il s’agit en particulier du rachat de Roto France (RFI) situé à Lognes en Seine et Marne. Cette unité de 160 personnes est équipée de 5 rotatives (16, 32, 48, 64, 72), de chaînes de piqûre et de chaînes de dos carré collé. Quelques mois plus tard, on assiste à la reprise sur Paris de Keygraphic société de Prépresse, de validation de fichiers et plateforme commerciale. Côté investissement, signalons d’abord le lancement sur le site de Manchecourt d’une nouvelle rotative 96 pages coupe 1 120 mm. Notons aussi, la construction dès septembre 2005 de plus de 10 000 m2 sur l'usine de Coulommiers, de Brodard Graphique, et l’installation sur un an de deux nouvelles rotatives M 4000 avec sécheurs en 48 pages et 72 pages. Ce développement est associé à la mise en place d'une ligne d'assemblage de dos carré collé de 40 postes intégrant 2 lignes d'emballage à l'unité. L’histoire est loin d’être finie puisque l’on devrait assister prochainement à la mise en place de deux nouvelles lignes de rotatives.

Fiche technique : CA consolidé : 2002 : 124 millions d’euros 2003 : 128 millions d’euros 2004 : 132 millions d’euros 2005 : 230 millions d’euros 2006 : 250 millions d’euros Résultat net/CA en % : 2002 : 2,25 2003 : 1,75 2004 : 0,75 VA/CA en % : 2002 : 51,50 2003 : 49,75 2004 : 50,50

 

Oberthur (Dirigeant : Savare, Jean-Pierre)

Une mutation réussie Le groupe a connu en 20 ans une mue essentielle. En 1984, Jean-Pierre Savare reprend la partie fiduciaire (les deux autres activités, le labeur et l'édition trouvant d'autres acquéreurs) et fonde le Groupe François-Charles Oberthur. Depuis lors, le Groupe a connu une croissance exponentielle et a su prendre les virages technologiques qui s'imposaient pour devenir un groupe international unique, tourné vers l'avenir. Le groupe poursuit une croissance sensible de son activité et a vu son résultat croître fortement. Surtout Oberthur a su négocier le virage de l’électronique et de la sécurisation des transactions. L’entreprise s’est faîte une place au soleil dans le domaine de l’impression de billets et de la fabrication de cartes à puce. En témoigne l’obtention, il y a quelque mois, du fabuleux contrat de la billetterie des futurs Jeux Olympiques de Londres qui concerne l’impression de 4 millions de tickets sur des presses Xeikon. Une victoire qui fait passer en partie l’amertume parisienne. Par ailleurs, le Groupe François-Charles Oberthur est en lice pour produire le passeport électronique français dont la présentation sera exigée par les autorités américaines pour entrer aux Etats-Unis dès le 26 octobre 2006. Il s’agit de renouveler 3,5 millions de passeports par an. Le Groupe François-Charles Oberthur a toujours fait le choix d'investir dans des outils de production puissants et de haute technologie. Le Groupe dispose à l'heure actuelle de 24 implantations industrielles qui couvrent un très large territoire, allant de l’Amérique du Nord (Canada, Etats-Unis) à l’Amérique du Sud (Brésil), en passant par l’Europe (France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Espagne) et l’Asie/Pacifique (Chine, Australie). Cette politique de diversification des sites a été menée pour apporter une réponse complète aux demandes des clients dans le monde. Et accompagner ainsi leur développement. Oberthur est une entreprise qui tutoie la mondialisation. Les usines du groupe ont toutes en commun d’être à la pointe de la technologie, de répondre à des critères qualité sévères et à des consignes de sécurité très strictes. Le niveau d’exigence oblige aussi Oberthur à donner la priorité à la formation du personnel.

Fiche technique : CA consolidé : • 2003 : 652 442 millions d’euros • 2004 : 658 106 millions d’euros Résultat net (en milliers d’euros): • 2003 : 9 903 • 2004 : 26 525 VA • 2003 : 299 226 millions d’euros • 2004 : 299 039 millions d’euros Progression des investissements sur 3 ans (en milliers d’euros): • 2002 : 36 700 • 2003 : 28 300 • 2004 : 31 900

 

Groupe CPI (Dirigent : Timothy Bovard) 

 Le recentrage: Spécialiste de la fabrication de livres monochrome et couleur, et dans les domaines d’Impression et brochage de magazines, Routage de livres, magazines, mailing..., Impression numérique de livres à la demande. Créé en 1996, le groupe CPI a mis en œuvre une stratégie de croissance par acquisitions externes, en intégrant des imprimeries à forte notoriété, en France, puis en Europe. Le groupe CPI, qui réalise un chiffre d'affaires de 450 millions d'euros avec 4 200 salariés, a par ailleurs spécialisé Bussière (Saint-Amand-Montrond, Cher) dans la fabrication des ouvrages vendus avec les quotidiens le samedi, et prouvé qu'il pouvait organiser toute une logistique pour les livrer. Le groupe a aussi modernisé le parc machines de ses sites français et doté Brodard & Taupin, Bussière et Hérissey de nouvelles presses feuilles acquises chez KBA et Komori. Parmi les autres projets du groupe, le développement de nouveaux produits dans le domaine scientifique, technique et médical en faisant jouer la synergie entre France Quercy et Hérissey. Et le regroupement sur le site de Mercuès (Lot) des deux unités de France Quercy, Cahors et Mercuès, grâce à la construction d'un nouveau bâtiment. Surtout CPI a fait sa petite révolution culturelle en se recentrant sur son activité en noir et blanc. CPI se séparant ainsi des sociétés Diguet Deny, Kapp, Mécanic, Proost et Splichal reprise par une nouvelle structure co-pilotée par Thierry de Bardies, ancien Directeur Général du groupe CPI qui s’est associé à Pascal Pluchard pour constituer un pôle couleur et un groupe de reliure majeur. Timothy Bovard a annoncé des investissements et une politique de modernisation du parc machine tant en Allemagne qu’en France dans les années à venir.

Fiche technique : CA consolidé : 1996 : 21 millions d’euros 1997 : 24 millions d’euros 1998 : 47 millions d’euros 1999 : 74 millions d’euros 2000 : 295 millions d’euros 2001 : 472 millions d’euros 2002 : 440 millions d’euros 2004 : 450 millions d’euros

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...