Presse : France Soir, aussitôt repris, aussitôt en grève

Au lendemain de la reprise du quotidien français à l'agonie par le duo Olivier Rey - Jean-Pierre Brunois, le titre était absent des kiosques ce matin pour cause de mouvement social.

Les salariés de France Soir refusent en effet le plan de restructuration prévu par les repreneurs, repreneurs qui entendent ne conserver que 51 des 112 salariés du titre.

Au terme de ce plan, le journaliste Olivier Rey et l'homme d'affaires Jean-Pierre Brunois souhaitent positionner France Soir comme un tabloïd à l'anglaise, privilégiant le sport, les faits divers et l'information people.

Interviewé par nos confrères de France Info qui lui demandaient s'il n'avait pas envisagé de passer à un modèle de quotidien gratuit à l'instar de Metro et de 20 Minutes, Jean-Pierre Brunois à réfuté le modèle même de gratuité, mettant en doute la rentabilité de ce modèle économique et les chiffres annoncés par ces deux titres.

Pour relancer France Soir, les deux investisseurs ont mis 700 000 euros sur la table.

L'avenir dira si cette somme et le repositionnement annoncé, permettront de relancer ce qui fut naguère un grand titre populaire, ou s'ils n'auront servi qu'à repousser encore, une échéance incontournablement fatale.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...