Formation : L’EFPG bénéficie du Label « InTechFibres »

L'école va en outre participer au premier séminaire « InTechFibres-Rendez-vous ».

Depuis la fin de l’année 2005, l’EFPG bénéficie du label commercial InTechfibres, label créé par le CTP et l’AFOCEL, il y a un an. L’EFPG apporte ainsi à ce label la dimension de la recherche fondamentale dans le domaine de la cuisson du bois, du blanchiment des pâtes et de la caractérisation des fibres. Grâce à ce label et avec l’appui de ses partenaires l’EFPG espère accroître encore ses relations avec les milieux industriels français et développer ses prestations, études et expertises, activités essentielles pour la qualité de la formation qu’elle dispense aux futurs ingénieurs papetiers.

Sa participation à la première journée «Rendez-vous InTechFibres» qui s’est déroulée en Juin dernier au CTP, a été l’occasion de partager ses connaissances et son expertise dans le domaine des fibres vierges à travers des conférences et des démonstrations. Les enseignants-chercheurs de l’EFPG impliqués dans «InTechFibres» sont intervenus au cours de cette journée pour présenter les domaines de compétences des équipes du laboratoire LGP2, laboratoire de recherche de l’EFPG.

Dominique Lachenal, Professeur de l’INPG et Directeur de l’EFPG, a présenté une conférence sur l’optimisation des réactifs de blanchiment utilisés aujourd’hui, et les différentes voies développées à l’EFPG pour améliorer les performances du blanchiment, dont certaines sont proches de l’application industrielle.

Christine Chirat, enseignante chercheur à l’EFPG est intervenue dans la session consacrée à l’ozone, pour présenter l’état de l’art et de la technique de cet agent de blanchiment très puissant utilisé aujourd’hui dans 28 usines. Les nombreuses études et thèses réalisées à l’EFPG ont contribué au développement industriel de l’ozone.

Gérard Mortha, Responsable de l’équipe Chimie des procédés du laboratoire de recherche, LGP2, de l’EFPG et Maître de Conférences INPG a présenté les dispositifs mis au point au sein de ce laboratoire : un outil de simulation de la cuisson Kraft, fondé sur un modèle de connaissance chimique et physique ainsi qu’un second simulateur dédié à la modélisation du blanchiment en séquence ECF (Elemental Chlorine Free). Ces simulateurs ont été développés pour des applications papetières visant la compréhension et l’optimisation des procédés mais aussi la formation des opérateurs et des cadres de l’industrie.

Par ailleurs, la mise en œuvre et les premiers résultats de l’ISEC (chromatographie inverse d’exclusion stérique), une nouvelle technique d’exploration des nano-structures des fibres papetières a été décrite, par Gérard Mortha. pour la caractérisation de différents stades du blanchiment. En effet, le traitement chimique des fibres n’induit pas forcément des variations de longueur et de largeur des fibres. Par contre, la création de nanopores dans l’épaisseur de la paroi cellulaire est souvent une conséquence de ce traitement et l’ISEC une méthode de caractérisation de ces évolutions.

Enfin Raphaël Passas, enseignant chercheur à l’EFPG et responsable des études au service microscopie, s’est attaché à montrer les avantages d’un microscope récemment acquis par l’EFPG, l’ESEM (imagerie en microscopie électronique à balayage en mode vide contrôlé et environnemental) et à présenter les résultats obtenus sur cet équipement. Les exemples d’applications proposés portaient sur des papiers jet d’encre où cette technologie permet des observations sans destruction des couches et sur les possibilités de visualisation de l’effet de certains réactifs chimiques sur les fibres. Il a poursuivi son exposé en détaillant l’intérêt de la micro-analyse X, également disponible sur cet ESEM, pour la caractérisation des charges et l’observation de leur répartition dans l’épaisseur des papiers.

L’EFPG met dorénavant son expertise au service de tous.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...