Papier : après 10 mois de lock-out, Stora Enso redémarre une usine canadienne

Fin de conflit onéreuse à Port Hawkesbury (Nouvelle-Ecosse).

Le

Après 10 mois de lock-out, soit 50 millions d'euros de manque à gagner, le groupe papetier finlandais Stora Enso vient de redémarrer son usine papetière de Port Hawkesbury.

Habitué du lock-out - le groupe l'avait appliqué avec succès en Finlande lors des grandes grèves de l'année 2005 - Stora Enso est venu à bout d'un conflit social qui avait éclaté en Décembre 2005, suite à une rupture des négociations portant sur la convention quinquennale du site.

stora-enso-port-hawkersburry

 Stora Enso Port Hawkesbury 

Au final, si le groupe s'engage à maintenir sur place 2 machines à papier, 50 emplois seront supprimés via des départs volontaires à la retraite, les salariés restants ayant de leur côté accepté une baisse de leur rémunération de 10%.

A noter que la réouverture du site survient le lendemain de la signature d'un accord entre le groupe papetier et la commission provinciale des services publics au terme duquel l'entreprise finlandaise bénéficiera de tarifs préférentiels pour acheter son électricité lors des périodes où la demande est moins élevée.

Créée en 1962, l'usine papetière de port Hawkesbury dispose d'une capacité de production de 190000 tonnes de papier journal et de 360000 tonnes de papier super-calandré. 85% de sa production est destinée au marché américain et 15% au marché canadien.

Cette usine est la première papeterie nord-américaine a avoir obtenu dès 2002 les labels canadien et américain en matière de gestion durable des forêts. Le groupe en possède en effet près de 624000 hectares en Nouvelle-Ecosse (Cap Breton). 

 

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO