La mort programmée de la presse écrite française ?

Depuis quelques temps, la commission paritaire des publications et agences de presse rejetterait les demandes d'agrément des éditeurs, voire radierait ceux qui l'ont déjà.

Cet agrément leur permettait de bénéficier d'aides, comme l'attribution de tarifs postaux préférentiels ou encore d'une TVA à taux réduit.

Cette vague ferait apparemment partie d'une stratégie cautionnée par le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres.

La presse écrite française étant en crise, cette démarche aurait pour objectif de concentrer les aides publiques sur les grands quotidiens nationaux, pour les relancer.

Un audit a d'ailleurs été effectué et rendu public en juin 2006, qui révèle que seuls 4% des titres bénéficiant de cet agrément et donc des aides, les conserveraient.

Une mort donc programmée pour les 96% restants ?

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...