Matériels d'imprimerie : le premier système de mise sous film au monde PowerWrap de Müller Martini désormais opérationnel

Nouveau format, nouveaux ateliers, nouvelle rotative, nouvelle salle d’expédition – le «Journal & Courier» appartenant au groupe Gannett, le plus gros éditeur de presse d’Amérique, brille de mille feux depuis le milieu de l’année dernière.

Et parallèlement à l’ouverture de nouveaux ateliers de production hors de Lafayette, il faisait une double première. D’une part, le «Journal & Courier» est le premier quotidien américain à paraître depuis le 31 juillet 2006 au format berlinois, ce qui lui a permis de réduire ses frais de papier de 15 pour cent. D’autre part, le second journal le plus ancien de l’Indiana lancé en 1829 utilise le premier système PowerWrap au monde de Muller Martini pour la mise sous film de son édition pour le moins volumineuse du week-end.

Jusqu’à 40 encarts

«Ces dernières années, nous avons pu nous réjouir de voir notre activité encartage se développer positivement», déclare le chef d’entreprise, Travis Komidar. «Aujourd’hui, la tendance est certes à la stabilisation, mais nous avons connu des augmentations régulières de sept à dix pour cent par an.»

C’est ainsi que le «Journal & Courier» reçoit entre deux et douze encarts du lundi au samedi (durant les six jours de la semaine, le tirage varie entre 38 000 et 40 000 exemplaires), constitués tant de produits commerciaux arrivant de l’extérieur que de suppléments rédactionnels et publicitaires préimprimés sur place. Pour l’édition du dimanche, qui varie entre 45 000 et 48 000 exemplaires, le nombre des encarts pouvant atteindre 96 pages dans les formats les plus divers passe à 24, voire 40.

Des encarts fréquemment plus épais que le journal principal

«De nombreux encarts sont plus épais que le journal principal», déclare Travis Komidar. «De plus, les nombreux coupons de réduction sont très prisés. C’est pourquoi nous avons décidé à l’occasion de la mise en service de notre nouvelle salle d’expédition de placer notre édition du dimanche sous une enveloppe protectrice, garantissant ainsi à nos clients annonceurs que les lecteurs reçoivent leur journal préféré dans sa totalité.»

Avant de se décider pour le PowerWrap, le «Journal & Courier» soumettait le nouveau système de mise sous film à des tests intensifs, avec plusieurs scénarios et des encarts des plus variés, à l’Académie de la Salle d’expédition de Muller Martini à Allentown. «Ces tests», déclare Travis Komidar «se sont avérés extrêmement convaincants.»

mullerpower_400


Une SLS3000 pour l’encartage

Les nombreux encarts sont également insérés sur une SLS 3000 de Muller Martini. Les produits sortant de la nouvelle rotative Geoman, qui peut imprimer 48 pages en quadri, sont acheminés par le transporteur de journaux NewsGrip-A vers les 18 stations du système d’encartage. Les produits finis sont enfin empilés et cerclés sur deux systèmes de formation des paquets CombiStack.

«Nous voulions que la totalité de notre salle d’expédition provienne d’un même fournisseur», déclare Travis Komidar lorsqu’il justifie la décision du «Journal & Courier» en faveur d’une solution complète de Muller Martini. Seul le «Journal & Courier» propre à l’édition est encore imprimé et confectionné dans les nouveaux ateliers. «Notre objectif déclaré», souligne Travis Komidar, «est toutefois d’intensifier la collaboration avec d’autres éditeurs de presse pour obtenir des commandes d’impression.»

La mise sous film gagne en importance

En plus de l’agrafage et de la coupe, la mise sous film gagne également en importance dans la salle d’expédition. Intégrée au système de salle d’expédition, la nouvelle unité de mise sous film de Muller Martini, le PowerWrap, conditionne les journaux et les encarts en paquets individuels faciles à manipuler.

Le journal ainsi protégé de la saleté et de l’humidité parvient au lecteur dans son intégralité, sans que les encarts posés ou insérés ne soient perdus. Des échantillons de produits peuvent également être simplement posés sur le journal avant conditionnement, de sorte que le lecteur est certain de recevoir toutes les informations.

Le PowerWrap ne place pas seulement encarts et échantillons de produits sur le produit principal, mais également en dessous. Comparativement au soudage, le collage à la colle chaude nécessite moins de réglages, occasionne moins d’odeurs et offre une meilleure adhérence. Pour les paquets personnalisés, le PowerWrap peut être équipé d’un appareil d’adressage jet d’encre.



 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...