Polémique autour du rachat de l'ancien siège de l'Imprimerie Nationale

Les services de l'Etat mis en accusation pour leur mauvaise gestion du dossier, s'expliquent.

Vendu il y a deux ans pour 85 millions d'euros au fonds d'investissement américain Carlyle, le siège historique de l'Imprimerie Nationale française, sis dans le XVe. arrondissement de Paris, rue de la Convention, vient d'être racheté par le Ministère des Affaires Etrangères pour... la modique somme de 377 millions !

Devant l'étonnement général, Eric Woerth, ministre du Budget (en médaillon) a tenu à préciser ce matin, sur Radio Classique, que cette acquisition permettrait au Quai d'Orsay d'économiser énormément d'argent en permettant de regrouper sur un seul et même site parisien, 7 directions actuellement réparties sur 7 sites différents.

Il a également souligné le fait que les bâtiments avaient été profondément restructurés aux fins de les transformer en un site tertiaire répondant aux dernières normes en vigueur, des travaux estimés il est vrai par des spécialistres aux alentours de 200 millions d'euros.

Pour le ministre, cette acquisition n'était initialement pas prévue, mais devant le refus de la ville de Paris de céder les locaux vacants de l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul aux Affaires Etrangères, il restait peu de sites dans la capitale disposant du potentiel du bâtiment de la Rue de la Convention.

 

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Paris
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Actualités de l'entreprise