L'Ecole Estienne choisit Screen pour renouveler son flux et son CTP

L'École supérieure Estienne des arts et industries graphiques a porté son choix sur une configuration tout Screen avec un CtP PTR 4300S, un chargeur multiformat MAL, un flux Trueflow 3 avec imposition et sortie des données vers un massicot et des presses, une compatibilité PDF-JDF et CIP3 pour les presses.

L'École Estienne de Paris, dont le nom rend hommage à l'imprimeur Robert Estienne, a été fondée en 1886. Au fil des siècles, l'établissement a su s'adapter à l'industrie afin d'y former des candidats adaptés aux normes du marché. Comme l'imprimerie et les industries graphiques se dirigent actuellement vers le tout numérique, l'École a été appelée à renouveler ses équipements. Elle souhaite ainsi créer une dynamique au travers des différentes sections de la communication imprimée. En outre, l'École désire valoriser l'enseignement de la production imprimée, projet porté avec énergie par le proviseur de l'École Estienne, Madame Catherine Kuhnmunch.

Dans le cadre de la licence professionnelle et du brevet de technicien supérieur, l'École doit être équipée en CtP. Deux contraintes ont déterminé son choix : le format et le sans-traitement. Elle disposait auparavant d'un CtF thermique sans chimie, mais le fabricant avait cessé la production des films et l'École a été dans l'obligation de repasser au chimique. Ce qui allait contre sa philosophie : " Notre démarche s'inscrit dans un contexte respectueux de l'environnement ", dit Jean-Baptiste Raveleau, professeur au BTS CIG de l'École Estienne. " Nous ne voulions pas avoir le souci de la gestion du traitement chimique ", insiste-t-il.

L'École devait en outre rajeunir son flux de production. Selon M. Raveleau, il était cohérent d'orienter les achats vers un flux PDF, compte tenu de son implantation massive. Un flux PDF permet d'intégrer le JDF. Ainsi, le déploiement d'un flux sur l'ensemble de la chaîne, du prépresse au CtP jusqu'à la finition était la solution d'avenir envisagée par l'École. " En plus d'être très performant et convivial, le flux Trueflow de Screen est accessible aux gens des arts appliqués, ce qui est un gros avantage dans l'École ", estime M. Raveleau.

Raphaël Lévi, directeur général des ventes pour Screen France, précise que la suite Trueflow est au cœur de l'environnement de production prépresse. " Ses fonctions de contrôle des fichiers, conversion colorimétrique, imposition, trapping et ripping peuvent toutes être déployées dans un flux de production entièrement automatisé. De plus, le format JDF sert d'outil de communication entre les secteurs de production ", dit-il.

L'École disposait déjà d'un flux mais sans compatibilité JDF. L'intégration d'un nouveau flux s'est ainsi imposée. " Dans notre cadre pédagogique d'enseignement des arts appliqués, les étudiants doivent pouvoir échanger avec les ateliers de production. Cet accès de la conception à la production est facilité par un flux qui crée une synergie produit. Le flux Trueflow de Screen constitue un fil conducteur entre les différentes sections de la communication graphique ", explique M. Raveleau.

L'École Estienne multipliant les efforts pour demeurer à la pointe, - elle a déjà obtenu le trophée de l'innovation technologique lors d'un salon Intergraphic - le moment est venu pour elle de revoir son parc machines. Elle a investi dans des presses offset 4 et 6 poses dont la mise en service devrait être terminée au début de la nouvelle année scolaire. Elle a également acquis un massicot compatible JDF et s'engage dans l'achat d'une plieuse elle-même compatible JDF. Le nouveau CtP Screen PTR 4300S, à la base de l'investissement technologique de l'École, devait donc être compatible aux formats des nouvelles presses.

Le CtP Screen PTR 4300S s'inscrit effectivement dans le créneau 4-6 poses pour des tirages courts à moyens. Il offre une productivité atteignant 21 plaques par heure à 2400 dpi, répondant aux exigences les plus rigoureuses. Le CtP Screen n'est pas non plus lié à un seul type de plaques. " Il nous permet d'avoir plus d'amplitude quant à la gamme de plaques et d'utiliser les marques Fuji, Kodak ou Agfa. Nous pouvons désormais proposer des choix de production, car nous disposons de plusieurs consommables. Mieux encore, l'utilisation du CtP Screen élimine la chimie ", se réjouit M. Raveleau.

Selon M. Raveleau, la tête d'écriture du CtP de Screen offre une qualité supérieure. " La large gamme de trames proposée en type et en finesse de linéature revêt une grande importance dans un cadre pédagogique. Elle permet en effet de faire des études comparatives pour optimiser la qualité. Nous pouvons ainsi mettre en œuvre des études afin de comparer la qualité sur des contraintes techniques de linéatures très fines ", dit-il.

estiennebatimentlger

L'École a également choisi un CtP avec chargeur automatique. En effet, dans le cadre d'une formation BTS CIG, l'École souhaite limiter les contraintes associées aux tâches manuelles et se concentrer sur l'environnement de la machine, sur la gestion informatique, le RIP et le flux. En éliminant la manipulation des plaques, elle élimine aussi les risques d'accident. Le CtP Screen dans son ensemble est ainsi associé à un concept de sécurisation chère à l'École dans un contexte de robotisation du matériel de production.

" Nous voulions aller vers un constructeur afin de pouvoir être en contact direct avec lui. Nous avons passé des appels d'offres et finalement opté pour Screen ", dit M. Raveleau. Selon lui, la proximité du fabricant offre une garantie sur la pérennité de l'équipement après la vente, un service technique de qualité et une plus grande réactivité sur les mises à jour des matériels.

La Ville de Paris, collectivité de rattachement des écoles d'arts appliqués de la Ville, a assumé la totalité de l'investissement. M. Raveleau explique que l'École est une vitrine pour la ville. En participant à l'achat de matériel toujours à la pointe, la ville préserve l'image d'une école supérieure en mesure d'offrir une formation de qualité aux étudiants qui travaillent avec du matériel de dernière génération adapté au marché du travail.

" Nous avons comme mission de sensibiliser les jeunes à l'environnement de production réel ", indique M. Raveleau. Les solutions Screen adoptées par l'École Estienne permettent de mettre le projet pédagogique de l'École en synergie avec l'industrie et les arts graphiques. Elles entraînent des compétences transversales et permettent de mieux répondre aux contraintes des différentes sections de la communication graphique de l'École.
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...