Le groupe papetier International Paper se dote d'un Bureau du Développement Durable

Une nouvelle équipe va prendre en charge la gestion responsable des forêts et soutenir les attentes environnementales des clients

International Paper crée un Bureau du Développement Durable pour accompagner le développement durable de toute l’entreprise, déployer des stratégies de gestion raisonnable des ressources naturelles et soutenir les objectifs de ses clients en matière d’environnement.

Conformément aux attentes des clients d’International Paper, le Bureau du Développement Durable axera ses efforts sur la préservation des ressources naturelles (analyses des cycles de vie et gestion durable des fibres de bois, de l’air et de l’eau...). L’équipe s’attachera à éveiller la conscience de tous vis-à-vis de thématiques de développement durable majeures, des certifications externes incontournables et des projets de labellisation des produits. Elle développera de nouveaux partenariats avec des acteurs-clefs et mettra en œuvre des politiques au service des objectifs de développement durable d’International Paper.

Dr. Sharon G. Haines prendra la tête du bureau. Depuis plus de 30 ans chez International Paper, elle a participé au développement de nombreux partenariats précurseurs avec des associations de préservation de l’environnement*.

« Le Bureau du Développement Durable rassemblera tous nos efforts pour promouvoir la gestion durable et responsable des ressources naturelles et satisfaire les besoins de nos clients », déclare John Faraci, président directeur général d’International Paper. « Grâce à son expérience confirmée, Sharon Haines va apporter un souffle nouveau, qui permettra de mener à bien nos projets. »

En tant que directrice de la gestion forestière durable et de la politique de la forêt d’International Paper, Dr. Haines a déjà conduit des projets divers. Elle a piloté la création d’un plan de compensation et de conservation de l’habitat pour le pic à face blanche, oiseau en voie de disparition, sur les terres forestières d’International Paper en Géorgie. Elle a contribué à la réintroduction du poisson etheostoma wapiti, espèce également menacée, au sein de l’écosystème de la rivière Tennessee. Pendant trois ans, elle a mené, en collaboration avec la National Audubon Society, une étude sur la biodiversité des forêts de feuillus d’International Paper, qui a permis d’identifier le deuxième niveau de concentration d’amphibiens le plus élevé des Etats-Unis.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...