Dernière minute : Arquana se débarrasse de l'imprimerie Colordruck Pforzheim

Le soufflet Arquana serait-il en train de retomber ?

Constitué depuis la fin de l'année 2005, par acquisition d'imprimeries en difficulté, le groupe allemand Arquana ambitionnait, il y a quelques mois à peine, de réaliser un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros à l'horizon 2008.

Pour l'exercice 2006, le chiffre consolidé d'Arquana a atteint les 145 millions d'euros pour un résultat à l'équilibre, la société ayant largement bénéficié du principe de cession des murs des usines pour les refinancer. 

Dans un contexte de marché difficile et après le récent récent du fonds d'investissements Arques Industries AG au profit d'un investisseur britannique que l'on dit contrôlé par des capitaux allemands, il semble que le réalisme soit revenu au programme des nouveaux dirigeants du groupe.

Et qui dit réalisme, signifie sans doute un dur retour aux fondamentaux : créer ex-nihilo, le cinquième imprimeur européen à partir d'usines en faillite ou en difficulté ne semble plus de mise et le gropupe souhaite désormais piloter des unités de production moins nombreuses et plus importantes.

L'annonce de la cession, en Septembre, de sa filiale française, Evry Rotatives (91), une ancienne usine de l'Imprimerie Nationale a inité le mouvement.

Celui-ci se poursuit avec la vente, hier, de l'imprimerie allemande Colordruck Pforzheim pour un montant indéfini à un "investisseur stratégique"...

En pleine restructuration, le groupe Arquana se compose désormais de 3 imprimeries allemandes, Johler Druck (Neumünster), J.P.Bachem (Köln) et Nord Offset Druck (Ellerbek) et de sa nouvelle usine autrichienne d'Innsbrück, Arquana Print Austria, issue de la fusion de deux imprimeries locales.

 

 

 

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...