Kruger stoppe une de ses machines à papier

Le papetier canadien interrompt la production d’une machine à papier à son usine de Brompton située au Québec.

La société québécoise Kruger vient d'annoncer qu’elle interrompra la production d'une de ses trois machines à papier ainsi que la production de l’atelier de pâte désencrée, dans son usine de papier journal de Brompton, et ce, pour une période indéterminée à compter du 14 novembre.

Cette mesure vise à rééquilibrer le carnet de commandes.

Selon Jean Majeau, vice-président aux affaires corporatives et communication de Kruger, la demande de papier journal a baissé de 10 % en Amérique du Nord en août dernier par rapport au même mois de 2013, et de 7 % par mois en moyenne depuis le début 2014 au Canada et à l'échelle mondiale.

"Nous n'avons pas de reprise en vue pour la machine numéro 1 de l'usine″ a-t-il lâché au quotidien québécois La Tribune. Il ajoute que "c'est une décision de dernier recours qu'on prend". 

Dans un communiqué, la société Kruger fait savoir qu'elle prendra toutes les mesures à sa disposition pour minimiser l’impact de cette fermeture sur ses employés. 

Elle affectera environ 100 employés sur les 340 que comptent le site. La société estime que cela réduira de 100 000 tonnes sa production annuelle de papier journal, ce qui représente 10 %.

Fondée en 1904, la société Kruger est un important producteur de papiers pour publications, de papiers à usages domestiques et institutionnels, de bois d’oeuvre et autres produits du bois, de boîtes de carton à base de fibres recyclées, d’énergie verte et renouvelable et de vins et spiritueux. 
Elle est également l’un des principaux recycleurs de papiers et cartons en Amérique du Nord. 
La société Kruger possède des établissements au Québec, en Ontario, en Colombie-Britannique, à Terre-Neuve-et-Labrador et aux États-Unis.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...