La CGT fait perquisitionner Sequana et Stora Enso

Le syndicat CGT d'Arjowiggins pense que les papetiers n'ont jamais eu l'intention de céder leurs usines comme annoncé mais qu'ils ont toujours souhaité les fermer.

Le
La papeterie du groupe Arjowiggins située à Wizernes employait environ 300 personnes jusqu'à sa fermeture en juin 2015.

Hier matin, des perquisitions civiles ont été menées par des huissiers de justice accompagnés de techniciens informatiques au siège du groupe Sequana à Boulogne-Billancourt et au siège de Stora Enso France à Nanterre. Cette procédure a été demandée par le syndicat CGT d'Arjowiggins Wizernes auprès du tribunal de grande instance de Lille.

"Nous soupçonnons Arjowiggins et Stora Enso d'une entente pour que les usines d'Arjowiggins Wizernes et de Stora Enso Corbehem ne redémarrent pas, nous explique le syndicat. Nous avons via notre avocat présenté au TGI (tribunal de grande instance, ndlr) tous les dossiers de reprise qui n'ont jamais abouti."

Une entente entre les deux papetiers ?

Pour la reprise de Stora Enso, trois offres auraient été déposées (lire Stora Enso refuse l'offre de reprise de Corbehem), et pour la papeterie de Wizernes, deux offres, toutes refusées selon le syndicat (lire Le point sur la reprise d'Arjowiggins Wizernes).

"Nous attendons maintenant le retour du TGI sur les éléments trouvés qui attesteraient nos soupçons", précise la CGT.

Et selon les éléments recueillis lors de ces perquisitions civiles (appelées aussi perquisition article 145) qui ne sont pas des perquisitions policières, les syndicalistes poursuivront ou non leur action envers les deux papetiers.

La CGT, encore en phase avec le marché ?

De son côté, le groupe français Sequana répond : "Les investigations menées hier dans le cadre de la mission ordonnée par le Tribunal de grande instance de Lille n'ont apporté, à la connaissance de la société, aucun élément étayant les thèses soutenues par les requérants. Arjowiggins Graphic rappelle que la fermeture du site de Wizernes est strictement liée à la situation actuelle du marché graphique."

En 2014, le groupe Sequana avait annoncé son intention de vendre deux usines à papier, celle de Wizernes spécialisée dans le papier graphique, et celle de Charavines spécialisée dans les papiers de création, en Isère. Un an et demi après, les deux papeteries fermaient. Concernant l'usine de Charavines, un projet de reprise est actuellement en cours par Global Hygiène (lire Global Hygiène en bonne voie pour reprendre Arjowiggins Charavines).

Pour Stora Enso, c'est en 2012 que la direction déclarait sa volonté de cession de l'usine de Corbehem et la fermeture du site avait été prononcée en janvier 2014.

Reportage : Perquisitions d'Arjowiggings et Stora Enso

Les documents des perquisitions d'Arjo et Stora Enso toujours bloqués

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO