Le marché chinois mine les chiffres 2014 de Manroland Sheetfed

Les bénéfices sont en hausse pour le fabricant, malgré une baisse du chiffre d'affaires due à un ralentissement du marché chinois.

Langley Holdings, la maison-mère britannique du constructeur de presses feuilles, a publié ses résultats financiers 2014. 

Manroland Sheetfed représente la plus grande activité de Langley en termes de revenus (37 %) et d'employés (1690).

Avec un chiffre d'affaires (CA) de 288 millions d'euros contre 315 millions en 2013, Tony Langley, PDG de la maison-mère, indique que ce résultat en grande partie conforme à ses attentes.

Le résultat avant impôt est de 15 millions d'euros contre 10 millions en 2013. Langley juge ce résultat "satisfaisant" compte tenu du fait que "le secteur a subi un changement fondamental, car la demande de nouvelles presses a chuté de plus de deux tiers par rapport à son haut pic atteint en 2007."

La baisse du CA (-de 9 % par rapport à 2013) est conséquence de l'affaiblissement de la demande du marché chinois.

Au cours de la dernière décennie, la Chine a été un marché croissant pour les constructeurs de presses. Ce marché est désormais proche de la saturation, estime Langley.
En 2014, la demande a fortement chuté et Manroland Sheetfed en Chine a dû se restructurer. "Il reste à voir si la demande sera de retour à des niveaux historiques, mais dans l'intervalle, la filiale est correctement structurée."

Les autres marchés desservis par plus de 40 divisions de Manroland Sheetfed sont en grande partie en ligne avec les prévisions. Les États-Unis ont même dépassé ces attentes, qui sont le deuxième plus grand marché après la Chine.

De plus, Langley qui a acquis Manroland Sheetfed en 2012 indique que les 22 millions d'euros d'investissements dans l'entreprise ont maintenant été remboursés, même si le prix d'achat reste inconnu.

 

(En photo la Roland 700)

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...