Le négociant en papier (59) s'équipe d'une JetVarnish et de l'iFoil

Détail du calendrier 2016 de l'APP présentant les effets texturés du vernis 3D de la MGI.

Complément séduits par les résultats de la vernisseuse numérique de MGI, le père et sa fille se sont lancés dans l'aventure de la finition. Et les résultats sont là.

L'Agence de papiers de presse, située à Roncq dans le Nord, s'est équipée de la vernisseuse numérique JetVarnish et de l'iFoil de MGI, début juillet. Avec 19 millions de chiffre d'affaires, elle employait quatre personnes avant l'arrivée de cet équipement et compte aujourd'hui neuf salariés.

Créée en 1947 par le grand-père de l'actuel dirigeant, l’Agence de papiers de presse est pourtant spécialisée dans le négoce de papiers et de cartons pour les imprimeurs, les cartonniers et les éditeurs.

"Nous sommes toujours négociant en papier, mais nous ajoutons désormais une nouvelle activité d'ennoblissement avec le vernis sélectif en 3D et la dorure," explique Philippe Blanquart, le pdg.

Le papier ne fait plus recette

Il y a un an, la fille du directeur et donc l'arrière-petite-fille du fondateur a rejoint l'entreprise. Ce fut un déclencheur pour le négociant. Soucieux de transmettre l'entreprise familiale dans de bonnes conditions, le directeur a commencé à chercher avec Scarlette, 27 ans, comment développer la société.

L'arrivée de la JetVarnish équipée en ligne du système de dorure de MGI, l'iFoil, a permis l'embauche de quatre personnes.

Car "la vente de papier n'est pas un métier en plein développement bien au contraire", déplore le pdg.

"En faisant le tour des salons, nous avons rencontré le constructeur français MGI et nous avons, tous les deux, été admiratifs du résultat des machines. Nous n'avions pas d'idée précise et je dois dire que c'est vraiment le produit qui nous a subjugués."

Et cet équipement numérique cadrait très bien avec le constat de la famille Blanquart : "Nous nous sommes rendu compte que les petites et moyennes séries chez nos clients imprimeurs et éditeurs étaient de plus en plus nombreuses. Et avec la machine MGI, comme nous n'avons pas de frais de démarrage et de calage, nous sommes très compétitifs par rapport à la sérigraphie, notre concurrent direct."

Pour le marché des petites et moyennes séries

Et c'est bien ce marché, ces petites séries voire des exemplaires uniques, que l'Agence de papiers de presse vise. D'ailleurs, le directeur venait de finir le matin même une commande de vernis pour seulement dix feuilles 36 x 50 cm.

La JetVarnish 3D équipée en ligne de la dorure à chaud iFoil permet de déposer du vernis sélectif ou non, en 2D ou en relief et des effets métallisés en plusieurs couleurs. L'entreprise s'est également équipée d'une pelliculeuse, indispensable pour compléter la dépose du vernis et de la dorure.

L'épaisseur du vernis peut varier sur le même support, pouvant aller de 6 à 200 microns d'épaisseur. "C'est fabuleux ! Cela donne du mouvement, donne une forme à quelque chose d'imprimé. On transforme l'imprimé en un objet. Les gens sont tellement étonnés – c'est tellement beau - qu'ils veulent toucher, et l'idée est que cela déclenche l'achat."

Détail d'une des plaquettes présentant quelques effets de dorure et de vernis 3D qui permettent de produire des textures sur un imprimé

Et les applications sont nombreuses : "L'emballage, la couverture de livres de poche, de magazines, de livres pour enfants, les menus, la communication des hôtels de luxe, la parfumerie... C'est sans limites !".
Il poursuit : "En réalité, c'est un produit de luxe. Mais nous voulons le démocratiser, car il est à un prix très compétitif."

L'effectif triplé en neuf mois

Après avoir proposé ce nouveau service à ses clients papier, l'entreprise a maintenant des demandes provenant de nombreux nouveaux clients.

Les commandes en attente sont des petites et moyennes séries.

"Jusqu'à aujourd'hui, ce sont les imprimeurs qui nous apportent du boulot, mais demain nous allons apporter du boulot aux imprimeurs".

Pour le négociant, ce nouveau marché de l'ennoblissement apporte un chiffre d'affaires très faible comparé à son activité historique (19 millions d'euros) : "C'est epsilon par rapport au papier, mais les marges n'ont rien à voir. Elles nous permettront d'investir si tout va bien."

Et pour faire face à ce développement, cinq personnes ont été embauchées (au poste de commerciale, pelliculeur et conduite de la vernisseuse). Et quatre autres personnes devraient arriver d'ici mars. Il triple donc en neuf mois son effectif !

L'entreprise n'a pas encore exploité toutes les possibilités de cet équipement. "Là, nous sommes en train de voir ce que l'on peut faire pour les non-voyants. Sur des photos ou des tableaux, nous pouvons donner des formes pour que les non-voyants puissent imaginer ce que c'est."

Et "d'autres projets sont dans la mallette..."

Plus d'articles sur les chaînes :

Nord
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...