La branche édition de Lagardère affiche de très bons résulats

© Lagardère

Pour Lagardère Publishing, l'année 2015 a été marquée par la très bonne performance des segments Illustré et Littérature générale sur le marché français. Côté anglo-saxons, le livre numérique est en recul ce qui profite au livre imprimé.

Le troisième éditeur de livres grand public et d'éducation dans le monde, Lagardère Publishing (Hachette, Stock, Fayard, Marabout, éditions Harlequin, Larousse, Anaya, Le Livre de poche, Grasset, Dunod...) affiche un exercice 2015 en hausse.

Le chiffre d'affaires 2015 de Lagardère Publishing s'élève à 2 206 millions d'euros, soit + 10,1 % en données brutes et + 1,7 % à données comparables.

Astérix et autres best-sellers boostent les ventes en France

L'année a été marquée par "l'excellente performance" sur le marché français des branches Illustré et Littérature générale, ainsi que de "la bonne dynamique" de l'Éducation sur le marché espagnol et de la hausse des Fascicules.
La France affiche une hausse de chiffre d'affaires de + 5,5 %, grâce à la Littérature générale, avec plusieurs best-sellers (la saga Cinquante Nuances de Grey de E.L. James et D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan), et grâce à l'Illustré qui a rencontré un fort succès avec les coloriages pour adultes, la parution du dernier tome d'Astérix, Le Papyrus de César, ou encore le livre de recettes de cuisine Simplissime.

Le livre numérique en recul aux États-Unis et Royaume-Uni

Concernant le livre numérique, l'e-book a représenté 9,0 % du chiffre d'affaires de Lagardère Publishing contre 10,3 % en 2014.
Les tendances de marché se sont "inversées" aux États-Unis et au Royaume-Uni : les livres papier du segment Littérature générale se sont mieux vendus qu'en 2014, au détriment des e-books, en raison notamment des nouvelles conditions contractuelles avec Amazon.

Le marché américain de Lagardère Publisching, qui présente un chiffre d'affaires 2015 stable (- 0,3 %), est marqué par ce "rééquilibrage du marché du livre imprimé au détriment du livre numérique : la hausse des ventes de livres physiques a ainsi quasiment compensé la baisse des ventes numériques". Au Royaume-Uni (le chiffre d'affaires total de - 3,3 %), la hausse du taux de TVA de l'e-book, notamment, a fait reculer les ventes de livres numériques.

Aux États-Unis, le chiffre d'affaires numérique de Lagardère Publishing représente désormais 22 % des ventes des ouvrages destinés au grand public, contre 26 % en 2014 et au Royaume-Uni, 26 % des ventes des ouvrages au grand public adulte, contre 31 % en 2014.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...