Le spécialiste de l'emballage Gérard Autajon aurait dissimulé plus de 20 millions au fisc

D'après les journalistes de l'émission Cash Investigation, cet industriel aurait caché pas moins de 24 millions au fisc français par le biais de sociétés offshores implantées dans des paradis fiscaux.

Dans l’affaire des Panama Papers, un nom bien connu du secteur de l’imprimerie et de l’emballage a surgi ces derniers jours : celui de l’industriel Gérard Autajon, à la tête du groupe qui porte son nom.

Mardi soir, le magazine Cash Investigation sur France 2, dont le numéro était consacré aux Panama Papers, a fait la lumière sur les manœuvres qu’aurait mises en place Gérard Autajon, spécialiste de l’emballage en carton, pour dissimuler une partie de sa fortune au fisc.

L’industriel français aurait, selon les informations des journalistes de France2, caché la somme de 24 millions d’euros par le biais de sociétés-écrans installées dans des paradis fiscaux. Le Monde parle de son côté d’un montant de 25 millions de francs suisses, soit 21,6 millions d’euros.

Le patron de l’entreprise de cartonnages basée à Montélimar aurait réalisé un montage financier complexe que les journalistes ont pu reconstituer grâce aux fichiers et aux courriels dont ils sont en possession.

L’histoire remonte en 2013, en pleine affaire Cahuzac. Gérard Autajon, qui dispose alors de 24 millions sur un compte en suisse, décide de transférer cet argent à la HSBC Hong Kong. C’est là qu’un autre compte est ouvert au nom d’une société-écran baptisée Forever Unity Limited sur lequel est déposé l’argent. Les 24 millions appartiennent désormais à Forever Unity.

L’argent passe ensuite par les Bahamas, les Pays-Bas, avant de finir sur un compte au Crédit suisse Luxembourg et d’être investi dans un fonds d’investissement. Au cours du processus, le nom de Gérard Autajon a complètement disparu. C’est par ce tour de passe-passe, que le patron français aurait dissimulé pendant plusieurs années une partie de sa fortune au fisc.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Natalyia Mishtal - 07 Avril 2016
la bonne question est déjà de savoir qui sont les fournisseurs de machines et de carton qui ont alimenté le compte en suisse , car les 24 millions d'euros en Suisse ne sont pas arrivés tout seuls .
Ajouter un commentaire...