Les prévisions de PwC du marché mondial médias et loisirs de 2016 et 2020

Dépenses en milliards de dollars (Internet : l'accès, la publicité et la recherche sur le web ; la vidéo : télé et cinéma) © Global Entertainment & Media Outlook 2016-2020, PwC, Ovum

Le marché international devrait rester dynamique malgré une croissance revue à la baisse.

Le cabinet d'audit PwC vient de publier la 17édition de son étude annuelle mondiale Global Entertainment & Media Outlook sur le marché des médias et loisirs (édition, internet, vidéo, musique et jeux vidéo). PwC estime que ce secteur va augmenter de 4,4 % par an en moyenne entre 2016 et 2020 passant de 1 720 milliards de dollars en 2015 à 2 140 milliards.

Réalisée dans 54 pays, cette étude présente de fortes disparités régionales. Et elle montre que la croissance va ralentir au cours des 5 prochaines années (5,5 % en 2015 par rapport à 2014), même si le secteur reste pérenne et dynamique.

La croissance des dépenses liées aux médias et aux loisirs est plus élevée que le PIB de 36 des 54 pays étudiés, en particulier au Vénézuéla et en Argentine. De plus, les taux de croissance du secteur des médias et loisirs seront comparativement plus élevés dans les pays en développement les plus peuplés comme le Pakistan ou le Nigéria.

Le segment de la publicité sur internet continuera à soutenir la croissance du secteur à l'échelle mondiale, grâce à une croissance annuelle moyenne de 11,1 %.

Selon l'étude, les activités liées à l'édition (qui regroupe journaux, magazines, revues professionnelles et livres) ont perdu des parts de marché devant les activités liées à internet et à la vidéo (télévision, cinéma).

Plus spécifiquement la presse magazine connaîtra en moyenne d'un repli mais avec de grandes différences selon les pays. Par exemple, le chiffre d'affaires sur ce segment baissera de 3,1 % en Amérique du Nord, mais augmentera 2,7 % en Inde.

Pour Vincent Teulade, directeur de Strategy&, branche conseil en stratégie de PwC : "Le développement de l'accès haut débit et la généralisation des habitudes de consommation à la demande soutiennent la demande pour des contenus distribués par internet sur l'ensemble des écrans et génèrent des opportunités aussi bien pour les acteurs historiques que pour des nouveaux entrants, aussi bien pour des contenus vidéo que des contenus TV."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...