Autajon lance son concours d'étiquettes de vins

Du 1er octobre au 31 décembre 2016, choisissez et habillez une bouteille parmi les gabarits proposés.

Autajon, fabricant d’étuis pliants, d’étiquettes, de coffrets et de PLV, lance la 1re édition de son concours destiné aux designers d’étiquettes de vins. Baptisé Wilaaw (wine labels Autajon Awards), ce concours est gratuit et ouvert à tous (artistes, étudiants, professionnels, agences, créatifs...).

Avec comme thème "casser les codes", les participants sont invités à choisir et habiller une bouteille parmi les gabarits proposés — rosé, rouge et effervescent — sans aucune contrainte de textures, de volumes et de typographies dans le style graphique.

Pour participer, les candidats doivent créer un compte afin de télécharger les gabarits sur le site du concours et envoyer leurs créations avant le 31 décembre 2016 à minuit (le concours est ouvert depuis le 1er octobre).

Le jury

Les professionnels des arts graphiques de la division étiquettes viticoles du groupe Autajon effectueront une première sélection. Le choix final sera réalisé par un jury composé de cinquante professionnels parmi les metteurs en marchés (négoces, vignerons et coopératives) des différentes régions de France.

Trois candidats seront récompensés et invités à la remise des prix qui se déroulera dans le cadre des Rencontres nationales des vignerons indépendants de France en avril 2017. Le lauréat (gold) remportera la somme de 1 500 euros, le deuxième prix (silver) 1 000 euros et le troisième prix (bronze) 500 euros.

Groupe international, Autajon est représenté dans le monde par 30 filiales implantées dans 9 pays, en Europe et aux États-Unis.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Stéphane Monfort - 17 Octobre 2016
Derrire WILAAW se cache ni plus ni moins qu'un fabricant d'tiquettes et d'emballages, le groupe Autajon (540 millions d'euros de CA annuel) qui utilise la mcanique bien connue du “concours” pour faire parler de lui et enrichir ses ressources visuelles travers WILAAW en exploitant le travail non rmunr d'un maximum de graphiste, a s'appelle du crowdsourcing. Les dotations “ridicules” attribues aux gagnants masquent avec peine l'objectif premier de WILAAW : faire sa promotion auprs auprs des acteurs du milieu vinicole bon compte. De plus les conditions du concours sont inacceptables : le graphiste doit notamment cder le droit WILAAW la modification possible de son œuvre, et si le participant souhaite proposer sa cration la vente il doit en fixer le prix l'avane sans connatre le client final et l'exploitation qui sera faite de sa cration… Tout graphiste srieux et professionnel qui aime son mtier et veux le dfendre se doit de dnoncer ce type d'oprations… quant y participer… la question ne se pose mme pas.
Ajouter un commentaire...