Les vraies fausses cartes postales du graphiste Monk HF

A travers cette série de visuels, l'artiste Monk HF veut montrer l'envers du décors des zones touristiques.

L'artiste belge de street-art Monk HF dévoile le côté obscur des zones touristiques.

L’ombre et la lumière

Chaque chose possède sa part d’ombre et de lumière. Il en va ainsi des destinations touristiques, toujours présentées sous leurs meilleurs aspects, mais qui cachent parfois des dessous plus obscurs, par exemple en terme d’impact environnemental.

Cette part sombre, le graphiste belge Monk HF a choisi de la révéler à sa manière à travers la réalisation de visuels "anti-touristiques".

Pollution, guerre, crise migratoire, tourisme sexuel, tout y passe. À travers des posters sobres et colorés, à la manière d’affiches publicitaires, l’artiste de street-art offre une satire contemporaine du tourisme de masse.

Un travail réussi dans le fond et la forme. Le contraste entre les couleurs plutôt gaies et l’horreur des scènes représentées offre un résultat saisissant et teinté d’humour noir.

Inspiré par un vieux poster de 1936

Dans une interview accordée au DailyMail, Monk HF explique qu’il a puisé son inspiration graphique dans un poster de 1936 de Franz Krausz nommé Visit Palestine, conçu pour encourager l’immigration en Israël.

Les cartes de Monk HF représentent des lieux touristiques emblématiques, comme Rio, Lesbos ou Bangkok. On y retrouve aussi Bagdad, autrefois touristique, aujourd’hui ravagée par les violences et les attentats.

Habitué à appuyer là où ça fait mal, l’artiste belge avait déjà fait parler de lui durant l’été 2015 lorsqu’il avait réalisé une série de dessins d’animaux Disney tués par des chasseurs. Une série qui rendait hommage au Lion Cecil, vedette d’un parc zimbabwéen, tué par un dentiste américaine.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...