Le syndicat Reliure-Brochure-Dorure dresse l'état des lieux de ses filières

Pascal Pluchard, président de la RBD (à gauche) et Jean-Philippe Zappa, chargé de mission à l'Uniic.

Un premier rendez-vous a été organisé avec les professionnels du secteur afin de valoriser les différentes filières de la RBD.

Le premier rendez-vous de l'organisation syndicale

Le jeudi 8 mars, la chambre syndicale de la Reliure Brochure Dorure (RBD) organisait au restaurant Chez Françoise (Paris 7e) son premier petit-déjeuner sur le thème "la finition, valeur ajoutée du print, état des lieux et perspectives".

Rattachée à l’Union Nationale des Industries de l’Impression et de la Communication (Uniic), la RBD est une structure de soutien et de représentation des entreprises de la branche.

Près de 30 participants parmi lesquels des professionnels de la RBD, des parlementaires, des responsables d’associations professionnelles, ou encore des journalistes spécialisés, ont répondu présents.

Animée par Jean Philippe Zappa, chargé de mission à l’Uniic, cette matinée était avant tout une prise de contact. Pascal Pluchard, le président de la RBD et fondateur de Partenaires Livres, a proposé un panorama des différentes filières et de leurs enjeux.

"C’était une première ! L’objectif était de présenter la chambre syndicale, beaucoup ne connaissaient pas le syndicat. C’était également l’opportunité de faire connaître notre filière et nos métiers aux parlementaires", explique Jean Philippe Zappa. Le restaurant Chez Françoise est en effet situé à proximité de l’Assemblée nationale.

Vers l'ouverture de la RBD à d'autres métiers d'art

L’échange était notamment orienté vers la reliure et la dorure d’art, qui représentent aujourd’hui la majorité des adhérents. "Mais nous envisageons d’ouvrir la RBD à d’autres métiers d’art. Nous souhaitons parler de finition et d’embellissement plutôt que de reliure, la reliure étant un des moyens pour embellir", précise Pascal Pluchard.

Parmi les intervenants étaient présents : Marie Akar, rédactrice en chef Arts et métiers du livre, qui a dressé un état des lieux de la reliure main en France ; Nathalie Berjon, présidente de l’Appar, (l’Association Pour la Promotion des Arts de la Reliure), et Christian Frégé, président de l’association Ara (Les Amis de la Reliure d’Art), qui regroupe relieurs professionnels et amateurs.

"Nous avons également accueilli des responsables d’entreprises qui ont parlé de leur métier. Les filières de la RBD regroupent des tailles d’entreprise extrêmement variées."

Les différents acteurs sont notamment intervenus pour souligner la nécessité de valoriser leur savoir-faire, "une excellence française", et de la protéger.

Prochaine rencontre en juin

Après ce premier rendez-vous réussi, la RBD envisage une prochaine rencontre, probablement en juin, cette fois ciblée sur une thématique précise. Dans l’optique de valoriser ses métiers, l’organisation syndicale pourrait organiser des matinées d’échange plusieurs fois par an.

Plus d'articles sur les chaînes :

Paris
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...