Top 5 des emballages qui se mangent, un tour du monde écologique et gastronomique

Le futur des emballages se fera-t-il sans emballages ? En tout cas, les idées ne manquent pas pour remplacer le plastique par des packagings alléchants (ou pas).

Le

Annoncé depuis des années comme la future révolution du packaging, développé dans des laboratoires un peu partout dans le monde sous des formes aussi diverses qu’improbables, l’emballage comestible - qui ne laisse aucune trace derrière lui - arrive peu à peu dans nos assiettes.

Comme s’interrogent les Américains : "is the future of packaging no packaging at all ?" Passons en revue quelques-unes des dernières innovations en la matière. Première étape la Belgique…

Du chocolat rien que du chocolat

Les Belges y connaissent quelque chose en chocolat, et ce n’est pas Mélanie Lemmens qui dira le contraire. Cette chocolatière liégeoise a conçu un emballage presque entièrement comestible. Sa trouvaille : avoir remplacé le traditionnel calage en plastique dans ses boites de pralines par un calage en chocolat.

La principale difficulté était de produire un calage fin (pour ne pas faire augmenter le prix) mais suffisamment résistant pour maintenir les chocolats. Opération réussie, ces nouvelles boites plus écologiques ont un coup de production plus bas que les anciennes boites, explique la chocolatière.

Les couverts à manger

Narayana Peesapaty, chercheur indien en agriculture, a créé en Inde l’entreprise Bakeys, qui fabrique des couverts comestibles destinés au marché de la street food, très répandue dans le pays. On estime que 120 milliards de couverts en plastique sont utilisés chaque année en Inde.

Ces couverts sont "cuisinés" à partir de maïs, de millet, de riz et de blé et aromatisés à la cannelle, à la menthe, au gingembre, au sucre ou au cumin, pour un meilleur goût. Ils ont été conçus pour résister à la chaleur et aux liquides et peuvent donc être utilisés pour la soupe ou le café. Ils sont biodégradables en quelques jours.

Un packaging à base d’algues

En Indonésie, la start-up Evoware a commercialisé en septembre dernier des emballages à base d’algues. Ils sont utilisés pour emballer des produits comme les hamburgers et les nouilles, ou sous forme de gobelets à usage unique pour contenir des liquides. Biodégradable, le packaging se dissout dans l’eau. Evoware est soutenue par WWF et devrait prochainement commercialiser ses produits à l’international. L’Indonésie est le premier pays producteur de plastique.

Manger des pailles !

Les pailles en plastique sont une énorme source de pollution partout dans le monde. Dans la mer méditerranée, elles représentent 6 % des déchets plastiques. Loliware, une société américaine, a conçu une paille comestible. Fabriquée à partir d’algues et aromatisée au caramel, à la mangue ou au chocolat elle se dissout dans n’importe quel liquide en 24 heures. Dans la nature, sa durée de vie n’est que de quelques mois.

Manger sa vaisselle

En Pologne, la société Biotrem fabrique de la vaisselle comestible. Bols, couverts, assiettes sont produits à partir de blé et d’eau. Une tonne de blé permet de produire 10 000 assiettes. Pour concevoir ces produits, l’entreprise a collaboré avec des centres de recherche européens. Biodégradable, une assiette met environ une trentaine de jour à se dégrader dans la nature si elle n’est pas mangée. Elle est néanmoins conçue pour résister à la chaleur du four et du micro-onde.

Vos réactions
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO