Les jeux à gratter pour sauver le patrimoine français imprimés... aux États-Unis

À quand une tombola pour sauver les entreprises françaises ?

Le
Le château d'Armentières fait partie des monuments qui vont être restaurés © Association Adopte un château

À partir du 3 septembre prochain, les jeux à gratter "Mission patrimoine" seront en vente chez les buralistes. Ces nouveaux tickets à gratter qui sortiront en édition limitée sont destinés à financer la conservation et la rénovation des monuments en péril. Ils seront associés à un super loto.

Au total, 12 millions de tickets vont être vendus au prix de 15 euros pour récolter des fonds. Habituellement, l’État récupère un pourcentage sur les mises, mais cette fois les prélèvements publics seront reversés à la Fondation du patrimoine, soit 1,52 par ticket.

L’Amérique du Nord détient le monopole de l’impression des jeux de grattage…

Mais, paradoxe de la mondialisation, ces cartes à la gloire des monuments français ont été imprimées près de Détroit aux États-Unis. "Parce que plus aucune entreprise en Europe ne sait le faire", peut-on lire dans un article de RTL.

Les 12 millions de cartes à gratter ont été imprimées en deux jours sur 670 km de papier. Vincent Mongaillard, envoyé spécial à Ypsilanti, dans le Michigan, raconte pour le Parisien comment 75 bobines de 2,5 tonnes contenant chacune 160 000 tickets ont alimenté les rotatives de l’imprimerie Pollard.

Cette entreprise qui se situe à proximité de la ville de Détroit imprime une grande partie des jeux à gratter que l’on retrouve chez nos buralistes. L’autre partie provient d’usines canadiennes.

Au total, les 2 milliards de tickets de grattage qui sont vendus chaque année en France proviennent d’usines américaines. Usines qui impriment d’ailleurs plus de 90 % des tickets à gratter dans le monde, précise le Parisien.

… mais ça n’a pas toujours été le cas !

Alors oui c’est vrai, les entreprises françaises ne sont plus en mesure d’imprimer les jeux de grattage. Dotés d’une technologie de pointe, les imprimeurs de tickets sont aujourd’hui moins d’une dizaine dans le monde.

Et pourtant ça n’a pas toujours été le cas. De la fin des années 1980 quand sont sorti les premiers tickets de grattage jusqu’au début des années 2000, les tickets à gratter étaient imprimés en France, à l’Imprimerie Spéciale de Banque (ISB) en Seine-Saint-Denis et à l’imprimerie Oberthur (Puy-de-Dôme).

Mais suite à un appel d’offres, les deux imprimeries ont perdu ce marché. Dans la foulée, l’Imprimerie Spéciale de Banque a été liquidée. La concurrence étrangère, moins chère, l’a emporté…

Aujourd’hui, grâce à un loto, les monuments français vont être sauvés de la décrépitude. À quand une tombola pour sauver les entreprises françaises ?

Vos réactions
Ajouter un commentaire...

Petillon Ronan 2 mois
une honte , imprimé aux US et 1.52 par ticket pour le patrimoine , j aimerai s avoir ou va le reste des 13.48 €

Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO