Photographie du secteur de l'impression de livres en France (2018)

Données et chiffres tirés du rapport annuel de l'Idep sur les différents marchés de la communication graphique.

Le

Le Rapport annuel sur les marchés de la communication graphique dresse un portrait chiffré des différentes activités du secteur.

À partir des données 2017, l’Idep indique que la production imprimée de livres a connu un léger recul : -1,5 % par rapport à 2016.

Un recul expliqué par un premier semestre « jugé catastrophique par bon nombre d’acteurs du marché, qui ont enregistré une diminution des ventes allant jusqu’à -10 % », rapporte l’Idep. Les élections présidentielles ont notamment pesé sur la vente des livres.

La tendance s’est inversée à partir du mois de septembre.

L’Idep note que « le mois de décembre devient de plus en plus crucial au fil des années. Selon GfK, il a concentré 17 % du chiffre d’affaires annuel de 2017. Les semaines 50 et 51 ont même représenté 11 % des revenus. »

Importations et exportations en baisse

En ce qui concerne le commerce extérieur, les importations de livres imprimés ont diminué de 8 % en 2017 et les exportations aussi, de 4 %.

Comme on peut le voir sur le graphique, les importations en provenance des principaux partenaires sont en baisse, mais il y a une hausse importante des importations en provenance des Pays de l’Est, en particulier la Pologne.

« La part des Pays de l’Est dans nos importations représente désormais 15 % (contre 10 % en 2016). »

En revanche, les importations en provenance de Chine diminuent L’Idep explique cette baisse par la hausse du coût de la main-d’œuvre et l’importance croissante pour les éditeurs des délais de livraison.

Moins d’écart entre le nombre de livres produits et le nombre de livres vendus

L’Idep souligne cette tendance d’ajustement entre la production et la vente dans le secteur. « L’écart entre le nombre de livres produits et le nombre de livres vendus s’est réduit de près de 22 %, témoignant des efforts entrepris par les éditeurs pour ajuster au maximum les tirages avec les ventes prévisionnelles, en réimprimant au besoin plusieurs fois dans l’année grâce à l’impression numérique. Le tirage moyen a d’ailleurs diminué de 6,5 %. »

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Recevoir l'actualité par email avec Graphiline Hebdo

Inscrivez-vous à notre Newsletter hebdo RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO

Suivre l'actualité
des Arts Graphiques
Recevoir l'actualité gratuitement par email RECEVOIR GRAPHILINE HEBDO