Brèves / Les petites infos de l'industrie des arts graphiques - 29 décembre 2019

Une histoire de bière et d'imprimerie, un concours d'entrepreneur qui récompense une imprimeuse, l'emballage à l'origine du capitalisme moderne... Les petites infos de la semaine.

Une histoire de bière et d’imprimerie

Les brasseries de bières artisanales se développent un peu partout en France. Et les anciennes imprimeries semblent être des lieux bien adaptés à cet engouement prospère. Le journal Le Parisien nous donne ainsi cette semaine des nouvelles de l’ancienne imprimerie de l’avenue des Deux-Clochers à Limeil-Brévannes (94) dans laquelle un ex-ingénieur, créateur des bières Artemus, a installé sa brasserie. Dans la salle des rotatives, l’entrepreneur a déjà lancé la fabrication d’une bière blonde, la « petite mademoiselle ». Une histoire qui rappelle celle d’Aurélien Picard qui a transformé les anciens locaux de l’imprimerie de Bannalec dans le Finistère en brasserie et a nommé sa première bière La Frappe. Une bière ambrée suivie peu après par La Coiffe, La Presse, ou encore la Gutenbière de Noël. Santé !

Une imprimeuse récompensée dans un concours régional

Armelle Leherle qui a repris en 2018 l’imprimerie Lefèvre Graphic de Verdun, a été récompensée au concours Trajectoires organisé par Alexis — Grand Est, un outil régional d’aide à la création, au développement et à la transmission d’entreprise. Le concours Trajectoires est destiné à promouvoir la création ou reprise d’entreprise lorraine en mettant en lumière des entrepreneurs au parcours parfois atypique. Armelle Leherle s’est formée comme stagiaire au sein de l’imprimerie avant d’en devenir la repreneuse.

L’emballage à l’origine du capitalisme moderne

Dans un entretien au journal Le Monde publié le 22 décembre, le sociologue Franck Cochoy aborde le rôle du packaging dans nos sociétés. Il rappelle comment jusqu’à la fin du 19e siècle avant l’arrivée du carton, les produits étaient vendus en vrac sur les marchés, et comment l’arrivée de l’emballage a donné naissance aux marques à la traçabilité. « Il y a donc eu d’énormes réticences au départ. Il a fallu un siècle d’efforts des industriels, et l’aide de la publicité, pour imposer le packaging », souligne-t-il. Une réflexion intéressante à l’heure où les magasins de produits en vrac fleurissent dans les centres-ville.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...