Reprise d'Arjowiggins Security : le Premier ministre répond à la demande de soutien

Le Premier ministre a adressé une lettre en réponse à la demande de la sénatrice Anne Chain-Larché concernant le projet de reprise de la papeterie Arjowiggins Security à Jouy-sur-Morin.

Le Premier ministre Edouard Philippe a répondu dans un courrier à la demande de la sénatrice Anne Chain-Larché concernant le projet de reprise de la papeterie Arjowiggins Security à Jouy-sur-Morin (77), révèle le journal Le Pays Briard (actu.fr).

Dans une lettre datée du 6 janvier, Edouard Philippe aurait écarté l'hypothèse d'un engagement financier de l'État dans le projet de Société coopérative et participative (Scop) porté par d'anciens salariés de l'usine.

Le 27 novembre dernier, la sénatrice (LR) de la Seine-et-Marne Anne Chain-Larché avait adressé un courrier au Premier ministre afin de lui demander de soutenir le plan de reprise de l'usine Arjowiggins de Jouy-sur-Morin. « Ce projet mené par 4 anciens salariés permettrait de maintenir 84 emplois sur le territoire », avait tweeté la sénatrice.

Mais d'après Le Pays Briard, le Premier ministre aurait répondu que le projet de reprise présente encore de trop nombreuses faiblesses et qu'il serait irresponsable d'encourager les salariés dans cette voie. « L'État ne peut garantir la majorité des concours financiers d'un projet de nature industrielle », aurait-il expliqué dans sa lettre.

Près d'un an après sa mise en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Nanterre, deux projets de reprise sont toujours portés par d'anciens salariés : le projet Padec, sous forme de scop, et le projet Smart Security Paper.

Selon la sénatrice, la reprise de l'usine permettrait de conserver la production à hauteur de 3000 tonnes par an de billets de banque et de documents de sécurité tout en développant la fabrication de papiers d'arts et de loisirs.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...