Netflix est-il le principal concurrent du livre ?

Le chiffre d'affaires du marché de l'édition en 2018 a baissé de 4,38 % par rapport à l'année précédente.

« Netflix est notre principal concurrent », déclarait en juin dernier le directeur général du Syndicat national de l’édition (SNE) Pierre Dutilleul à l’occasion de la publication du rapport d’activité du SNE pour 2018-2019.

Car d’après le Syndicat, le chiffre d’affaires du marché de l’édition en 2018 a baissé de 4,38 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 2,67 milliards d’euros. Quant au nombre de livres vendus, il est passé de 430 millions en 2017 à 419 millions en 2018, soit un recul de 2,52 %.

Mais s’il y a quelques années certains craignaient de voir le livre numérique remplacer le livre papier, c’est finalement un autre rival qui semble aujourd’hui grignoter du terrain à la lecture.

En effet, bien que le livre numérique continue à attirer de nouveaux lecteurs, 95 % du chiffre d’affaires de l’édition provient aujourd’hui encore du livre imprimé. Pour ce qui est de Netflix, c’est une autre affaire.

« Au Royaume-Uni, où la plateforme vidéo compte dix millions d’abonnés, les ventes de romans auraient décru de 9 % en 2018 », rapporte l’Institut de développement et d’expertise du plurimedia (Idep) dans son rapport annuel sur les marchés de la communication graphique.

Pour les parents déjà habitués à la lecture, l’emprise de Netflix peut être relativisée. Mais ce sont les enfants qui sont aujourd’hui au cœur de toutes les attentions. La prolifération des écrans et l’hyperconnexion dès le plus jeune âge font craindre un recul de la lecture.

Toutefois, il est important de noter qu’une part importante des projets de Netflix sont des adaptations, notamment d’œuvres littéraires. Et parfois, le chemin est inverse. Ainsi, en juin 2018, la maison d’édition Random House a acheté à Netflix les droits d’adaptation en livres de la série Stranger Things…

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...