Le quotidien régional Paris Normandie sauvé

Le journal avait été placé en liquidation judiciaire durant le confinement.

Le quotidien Paris Normandie ne disparaîtra pas. Après de nombreux rebondissements, le journal est finalement repris par le groupe belge Rossel, qui détient notamment La Voix du Nord et le quotidien belge Le Soir. Le tribunal de commerce de Rouen a jugé que le groupe Rossel avait les capacités nécessaires pour redresser le journal en difficulté. La reprise sera effective le 22 juin 2020. L'offre non-retenue émanait quant à elle de NP Holding, détenue à 51 % par le groupe belge IPM et à 49 % par l'entrepreneur Jean-Louis Louvel, jusqu'alors propriétaire du titre.

Les salariés ont fait part de leur soulagement sans toutefois parler de satisfaction puisque 60 employés sur 240 vont être licenciés. « Cela reste une épreuve douloureuse, surtout vu le contexte… » a déclaré pour France 3 Normandie la déléguée syndicale SNJ de Paris-Normandie, Anne Bouchet.

Premier groupe de presse et de média francophone belge, Rossel est né avec le lancement du journal « Le Soir » en 1887. Aujourd'hui il représente plus de 90 marques dans la presse quotidienne et hebdomadaire (Le Courrier Picard, l'Union, l'Est Éclair, Nord Éclair, Nord Littoral, Libération Champagne, l'Aisne Nouvelle…), les magazines, l'impression (imprimerie Presse Flamande), l'audiovisuel, etc.

Fondé à Rouen en 1944, le quotidien régional Paris-Normandie qui est édité par la Snic (Société normande d'information et de communication) avait été placé en liquidation judiciaire le 21 avril dernier durant le confinement.

Le journal en difficulté depuis plusieurs années a subi un coup fatal avec la crise du coronavirus. Les ventes se sont effondrées ainsi que les recettes publicitaires. Selon France Bleu Normandie qui s'est entretenu avec le directeur du journal Jean-Luc Sontag, le journal a perdu 90 % de ses revenus liés à la publicité pendant cette crise.

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...