Pageflex, devant un avenir incertain, quitte l'Europe

La solution de Web-to-print Pageflex fait face à un avenir incertain après des années de pertes.

Modèle économique qui ne fonctionne pas, acquisition de la solution iWay de l'Israélien Press-Sense qui a depuis disparu du marché, licenciement des hommes clés, restructuration à la hache : autant de termes qui peuvent définir ce qu'ont été les derniers mois de la solution américaine de web-to-print.

Les pertes sur les six premiers mois de l'exercice n'ont été que de 2,1 M $ par rapport au 5,7 M $ sur la même période l'an dernier. Jim Dore, le directeur financier reste confiant "Il y a eu une certaine confusion au sujet de la société et j'espère que les clients et les partenaires regardent la fusion comme une étape positive. C'est une mesure positive pour les actionnaires de gestion et privilégiées qui ont foi dans l'entreprise et qui veulent progresser l'entreprise." se confiait-il à nos confrères de printmonthly.com. Afin d'assurer le financement de la nouvelle société, la maison mère a été obligée de céder Monotype, une perle de rentabilité connue dans les polices de caractères. Néanmoins, les résultats de Pageflex pour le deuxième trimestre 2013 affichent une perte en forte accélération et plus d'un quart de l'effectif en moins.

  • Pertes nettes de plus de 1 million de dollars
  • Loyer impayé dû de 133.000 $
  • Liquidité de 879,000 $ - contre 2,9 M $ en 2012
  • Budget de recherche et développement coupé de 60 % à 606.000 $
  • Budget marketing coupé de 50 % 516.000 $

Un plan "de la dernière chance" a été présenté en aout. Il vise à fusionner Pageflex avec sa maison mère.

Pageflex ne sera pas directement présent sur le Print'13 de Chicago et vient de fermer son bureau européen en Pologne.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...