Le marché de la photo en péril... mais l'espoir est permis

Si les constructeurs se posent les bonnes questions, ils pourrait arriver à se faire une place à côté des smartphones.

Heino Hilbig, PDG du bureau d'étude allemand Mayflower Concepts, a publié en décembre une réflexion très intéressante sur le marché de la photo.

Se basant sur des données officielles de l'organisation japonaise Cipa (Camera and imaging products association), l'ancien directeur du marketing d'Olympus a tracé ce graphique illustrant l’évolution du marché de la photo au cours des 80 dernières années.

En gris les appareils photos argentiques, en bleu les APN, en vert les reflex numériques (digital single-lens reflex) et en rouge les ″mirrorless″ (sans miroir), les appareils compacts numériques avec objectifs interchangeables.

On constate, tout d'abord clairement que la photographie analogique a été tuée très rapidement avec l'apparition des premiers appareils photo numériques (APN).

Ensuite, ce marché de la photo digitale a été "presque" éteint par la génération selfie.

Mais, souligne Heino Hilbig, les chiffres peuvent inviter pour une vue plus optimiste pour l'avenir des appareils photographiques. Selon les statistiques de la Cipa, la récession du marché de la photo s'est un peu calmée. Sur les dix premiers mois de l'année écoulée, le marché 2014 a diminué de ″seulement″ de 32,9 %, soit un peu moins que par rapport à la même période l'an dernier.

Et même si les fabricants lancent des produits qui marchent (comme les appareils plénoptiques ou les appareils types GoPro), ces segments relativement petits ne transforment pas l'image globalement négative. 

Le déclin se poursuit et personne ne sait si cette baisse pourra être compensée par les ventes des appareils compacts numériques avec objectifs interchangeables (les mirrorless).

Mais Heino Hilbig pose une question qu'il estime essentielle pour avoir une chance d'inverser la tendance et sauver l'industrie : ″Quelle serait la cause de cette récession si ce n'était pas l'existence des smartphones ?″

Car les chiffres de la Cipa et du bureau d'étude GfK donnent des raisons d'espérer que le déclin continu du marché n'est pas inévitable, si les constructeurs et les fournisseurs de services trouvent les bonnes stratégies.

En 2013, lors d'une présentation du marché, Heino Hilbig pointait du doigt ″l'effet Apple″ qui fait du tort aux appareils photo. Car Apple, contrairement à ce que l'on pourrait imaginer de prime abord, n'a pas seulement apporté un aspect technologique intéressant. Il a surtout et avant tout changer la perception que les gens avaient de la photo : Apple a apporté un côté "fun" et simple à l'appareil. À l'opposé du monde de la photo traditionnel qui devient vite très obscur pour un profane. 

Heino Hilbig suggère donc une remise en question des constructeurs : au lieu d'être occupé à se tirer dans les pattes comme ils le font depuis des années, ils devraient se focaliser sur ce que veulent les consommateurs d'aujourd'hui...

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...