Moins d'usines ferment en France mais l'emploi dans l'imprimerie est toujours dans le rouge

En 2014, les fermetures d’usines ont ralenti en France, selon une étude de la société de veille économique Trendeo.

La courbe de l’emploi net s'est bien inversée en 2014. Le solde des emplois créés et supprimés repérés par l’Observatoire de l’emploi et de l’investissement de Trendeo reste négatif, mais baisse sensiblement par rapport à 2013.

Selon les données de Trendeo, 217 usines ont fermé l'an dernier contre 267 en 2013 et 163 usines ont ouvert contre seulement 122 en 2013.

Cependant, l’imprimerie représente 8,8 % des fermetures d'usines en 2014, soit 4,6 % de plus qu’en 2013. De 2009 à 2014, le secteur aurait enregistré 88 fermetures d’usines pour seulement 8 ouvertures.

De manière générale, tous secteurs confondus, "les usines qui se créent sont également de plus en plus petites en termes d'emplois, avec une baisse de 32 % depuis 2009". Elles comptaient seulement 49 emplois en moyenne par site en 2014, contre 84 emplois en 2012.

Toujours selon Trendeo, en 2014, dans le secteur de l'imprimerie, 1476 emplois ont été supprimés, 263 créés et 696 millions d'euros ont été investis. Le solde des emplois est donc de - 1213, légèrement plus bas qu'en 2013, mais bien meilleur qu'en 2011 et 2012.

En fait, le secteur de l’imprimerie n'a pas encore connu une année positive en ce qui concerne le nombre de créations d'emplois depuis 2009, comme d'autres secteurs (fabrication de meubles, industrie du verre, béton, plâtre, métallurgie, équipement électrique).

 

Le graphique de Trendeo montre l'évolution annuelle des ouvertures et fermetures d’usines en France de 2009 à 2014, avec en vert le nombre d’usines créées, en rouge le nombre d’usines fermées et en noir le solde net annuel des ouvertures et fermetures d’usines.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...