Près de 70 % des Français favorables aux flyers en boîtes aux lettres

Une récente étude révèle que la majorité des Français approuvent la publicité papier. Si les coûts de mises en place semblent plus importants que pour la publicité dématérialisée, la distribution de prospectus représente pourtant le meilleur retour sur investissement.

Un sondage OpinionWay – Bonial s’est intéressée aux comportements des Français face aux prospectus publicitaires distribués dans les boites aux lettres. Deux conclusions essentielles ont été tirées de cette étude. Tout d’abord, il apparaît que près de 70 % des Français se montrent favorables à ce type de publicité. En second lieu, l’étude révèle que le taux de pénétration de la publicité papier n’atteint pas les obligations de couverture des grands distributeurs (notamment alimentaires et généralistes).

Les Français plébiscitent le papier

Malgré les nombreuses idées reçues qui circulent sur l’impact environnemental du papier et des imprimés publicitaires, ce support reste très plébiscité par les consommateurs et offre un excellent retour sur investissement.

Sur les 5 100 personnes interrogées dans le cadre de cette enquête, 68 % sont favorable à la publicité papier. Parmi ceux qui sont réfractaires à ce support, ils sont 18 % à apposer un autocollant "stop pub" sur leur boite aux lettres et 14 % à envisager de le faire.

Une faille dans le dispositif de couverture

L’étude révèle également que 37 % de la population estime recevoir des publicités moins d’une fois par semaine. Un taux de pénétration en dessous des obligations de couverture des grands distributeurs, qui proposent des offres promotionnelles au moins hebdomadaires.

Ainsi 12 % des personnes interrogées déclarent recevoir des publicités toutes les deux à trois semaines, 7 % environ une fois par mois, 9 % quelques fois dans l’année et 9 % jamais. La configuration des espaces collectifs et l’accès aux boites aux lettres jouent un rôle important dans la disparité de la distribution.

Dans les grandes villes, où l’on trouve plus de logements locatifs et collectifs, la publicité est distribuée à une fréquence plus faible. Paradoxalement, c’est également dans les grandes villes que les Français sont le plus enclins à apposer un autocollant "stop pub" sur leur boite aux lettres. Malgré cette inégalité dans le dispositif de distribution, la publicité demeure indéniablement un média extrêmement puissant pour les grands distributeurs.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...