Bilan des dépenses des annonceurs en 2014

Dépenses publicitaires des annonceurs en 2004, 2012 et 2014 suivent les supports de diffusion. © Idep

Pour la quatrième année consécutive, les annonceurs réduisent leurs dépenses sur le support presse, selon le dernier rapport publié par l'Institut de développement et d'expertise du plurimédia (Idep), Regards sur les marchés de la communication graphique.

Les dépenses publicitaires globales des annonceurs enregistrent un faible recul (-1%). En dix ans, elles ont enregistré -5% en valeur, d'après l'Idep.

Mais les différents supports ne sont pas touchés de la même façon. Par exemple, Internet, qui ne représentait 0,3% des dépenses en 2004 atteint aujourd’hui 6,4%. Le marketing direct quant à lui, est passé de 32,1 à 27,7%.

-8% pour la presse écrite

Et pour la presse, les investissements publicitaires ont fortement baissé (-8% entre 2013 et 2014, comme entre 2012 et 2013).

Évolution des investissements publicitaires dans les différents types de presse de 2004 à 2014 en milliards d'euros.

Les hebdomadaires régionaux s'en tirent avec seulement -2%, les périodiques qui ont des tirages plus importants affichent un recul plus important (-9% pour le magazine et -10% pour la presse quotidienne nationale).

La presse des collectivités locales enregistre, elle aussi, une baisse de ses recettes publicitaires, les communes remplaçant de plus en plus la distribution systématique en boite aux lettres par des abonnements en ligne ou du libre-service.

À l’échelle mondiale, les recettes publicitaires de la presse papier sont maintenant inférieures à celles d’Internet, et ce depuis 2013.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...