Nouvelle grève à l'imprimerie du journal La Dépêche de Tahiti

La totalité des employés de l'imprimerie est en grève. La direction souhaite fermer le site et externaliser ses activités d'impression.

Le mouvement a débuté jeudi 22 février et concerne l’ensemble des employés de l’imprimerie. Certains salariés de la régie publicitaire et de la centrale de diffusion sont également en grève.

Les salariés grévistes réclament que soit appliqué le protocole d’accord qui a mis fin à au précédent mouvement social, relate Franceinfo Polynésie

En novembre dernier, les salariés de l’imprimerie de La Dépêche de Tahiti avaient mené une grève de plus d’une semaine suite à la décision de la direction d’externaliser l’impression du journal et donc de fermer l’imprimerie.

Les salariés avaient obtenu que l’externalisation n’ait pas lieu tant que des conditions favorables aux 15 salariés de l’imprimerie ne soient trouvées. Les syndicalistes attendaient de la direction qu’elle fournisse des preuves écrites quant à l’avenir du personnel concerné par cette externalisation.

Les grévistes déplorent la réduction d’effectif à l’œuvre depuis le rachat de la société en 2014 et des conditions de travail dégradées. En conséquence de la grève, les éditions de la Dépêche de Tahiti sont uniquement disponibles sur internet. La totalité des employés aux rotatives fait partie du mouvement de grève.

Selon différents médias locaux, les négociations entre les salariés et la direction sont au point mort.

Le groupe de communication de la Fautaua, qui détient entre autres La Dépêche de Tahiti, a décidé de sous-traiter l’impression de ses journaux à son principal concurrent dans la presse écrite, la société Pacific Press, propriété du groupe de presse dirigé par Albert Moux.

Ce transfert des activités permettrait l’impression des supports "à un prix préférentiel comparé au coût en interne".

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...